Web

Un porno diffusé à la gare de Washington en pleine heure de pointe (Vidéo)

Un porno diffusé à la gare de Washington en pleine heure de pointe (Vidéo)

L’une des plus grandes gares de Washington a été mardi soir la cible d’une cyberattaque d’un genre très particulier. Un hackeur a pris le contrôle d’un des écrans publicitaires de la gare pour diffuser un film pornographique. Non Stop Zapping vous montre les images.

Mardi soir, la gare de Washington a été la cible d’une cyberattaque d’un genre pour le moins coquin. Un petit malin a pris le contrôle d’un écran publicitaire situé en plein cœur de la gare. En lieu et place des promotions pour des shampoings ou des cosmétiques, les voyageurs de la gare de Washington ont pu constater, médusés, qu’un film pornographique particulièrement osé était diffusé sous leurs yeux. Sur les images, on pouvait voir une jeune femme se masturber dans une position pour le moins suggestive avant de lécher avec attention un vibromasseur. Dans la gare, les gens semblaient partagés entre surprises, choc et effroi. Il aura fallu plusieurs minutes pour que le film cesse d’être diffusé sur l’écran géant.

Des précédents en Inde et en Chine

Ce n’est pas la première fois qu’un piratage de ce genre se produit. Il y a quelques semaines, en Inde, une gare a elle aussi été la cible d’un happening d’un genre très douteux. En lieu et place des informations sur les horaires et les quais des prochains trains au départ et à l’arrivée de leur gare, les usagers de cette gare indienne ont eu la surprise de découvrir sur les écrans géants un film pornographique pour le moins évocateur. En 2013 déjà, en Chine, les passants de la gare Centrale de Jilin avaient pu assister en direct à la diffusion de "La légende interdite : sexes et baguettes", un classique de l’érotisme chinois. Cette fois-là, il ne s’agissait pas d’un piratage, mais bien d’une mauvaise manipulation de la part d’un des ouvriers, qui a tout de même mis plus de dix minutes à réaliser que son film n’était pas diffusé pour son seul plaisir.

Par Alicia Dubreuil

Réagissez à l'actu people