Web

Syrie : Etat des lieux à Jarablus un mois après sa libération de Daesh (vidéo)

Syrie : Etat des lieux à Jarablus un mois après sa libération de Daesh (vidéo)

La ville de Jarablus en Syrie était sous l'emprise de l'Etat Islamique depuis trois ans. Le mois dernier, la ville a enfin été libérée. Le journaliste de la BBC Mark Lowen a fait l'état des lieux, retransmettant les images en direct sur son Périscope. Non Stop Zapping vous en dit plus.

Cela faisait trois ans que Jarablus était sous la sanglante emprise de l'Etat Islamique. Le groupe terroriste faisait régner la terreur sur place, éxecutant les habitants à tout-va. De ce fait, une partie de la population oppréssée a fuit en Turquie. Les réfugiés ont depuis un mois enfin pu remettre les pieds dans leur ville, après que cette dernière ait été libérée. Comment vivent t-ils leur retour, et que reste t-il de l'occupation de Daesh sur place? Mark Lowen, correspondant en Turquie de la BBC, est allé à Jarablus le découvrir. Il a retransmis en direct sur son Périscope ce qu'il a pu y découvrir et ses principales impressions. Le bilan semble d'après lui positif, avec des habitants qui se remettent doucement de leurs traumatismes. 

Des sourires et des signes "paix"

Des rues calmes avec des habitants souriants, hommes femmes et enfants. C'est ce qu'on peut voir en premier sur les plans filmés par Mark Lowen via Périscope. Ces derniers ont l'air ouverts aux étrangers comme le journaliste, et le regardent filmer. Certains veulent apparaitre sur la vidéo, et font un signe "Paix" des doigts. Certains soldats sont aussi présents pour assurer la sécurité de la ville, car Daesh  n'est pas bien loin. Mark Lowen se dirige ensuite vers une rue et commente : "Ce grand passage est la rue principale à Jarablus. Elle semble calme, mais je voudrais vous montrer quelque chose." nous découvrons quelques pas plus tard un endroit surélevé avec des barrières et le drapeau noir de Daesh. "Il s'agit de l'endroit où Daesh éxécutait des personnes. Et à côté, aujourd'hui, nous pouvons voir des enfants jouer... car ils se sentent en sécurité." Le journaliste reprend dans un autre plan : "Je viens de croiser une femme qui m'a raconté que son fils s'était fait éxécuter sur cet autel... Aujourd'hui, elle n'arrive pas à croire que la ville est à nouveau libre. Entre les mains de soldats à qui elle fait confiance." Des images pleines d'espoir qui font plaisir à voir. Malgré tout, seul le futur nous dira si Jarablus arrivera réellement à maintenir Daesh loin d'elle de façon durable. 

Par M. H

Réagissez à l'actu people