Web

Manuel Valls : après s'être pris une gifle, il reçoit une chanson (vidéo)

Manuel Valls : après s'être pris une gifle, il reçoit une chanson (vidéo)

Le 17 janvier dernier Manuel Valls se faisait gifler lors d’un déplacement en Bretagne. Un geste qui traduit la violence dont se sent victime un grand nombre de Français, de la part des politiques. L’artiste Franjo Reno le confirme mais, cette fois, en chanson. Une séquence que nous vous proposons de découvrir sur notre site Non Stop Zapping.

La vidéo a fait le tour de tous les médias. Mardi 17 janvier, Manuel Valls se rendait en déplacement à Lamballe, petite ville des Côtes-d’Armor et y recevait une gifle. Celui qui la lui donnait était Nolan, 19 ans, jeune militant régionaliste. Si le jeune homme aujourd’hui revendique son geste au nom du "comité patriote breton", il avait d’ailleurs crié "ici c’est la Bretagne" lors de son assaut, son geste avait été salué par tous les opposants du candidat à la primaire de gauche. Ce dernier se faisait d’ailleurs apostropher, quelques jours plus tard, par un auditeur de France Inter "Manu, la claque, on est 66 millions à vouloir te la mettre". Aujourd’hui c’est en chanson qu’un citoyen a décidé de s’adresser à lui.

"Toujours chaud pour des vacances à Saint-Malo ?"

Franjo Reno, artiste parisien, a été inspiré par ce geste mais a, lui, choisi la musique à la violence. Ce n’est pas pour autant qu’il ménage le Premier ministre dans les paroles de sa petite chansonnette. Sous cette mélodie plutôt joyeuse il appuie sur la violence du 49.3, utilisé par l’homme politique. "Tu dis que ça n’a pas de sens d’utiliser la violence mais toi tu nous frappes à coups de lois, fallait pas trop abuser du 49.3". Le chanteur finit par une note humoristique en demandant à Manuel Valls s’il est  "toujours chaud pour des vacances à Saint-Malo" avant de défendre une certaine idée de la Bretagne libre avec Nolwenn Leroy à la présidence. L'agresseur breton a écopé de trois mois avec sursis pour son geste, il ne reste plus qu'à attendre les conséquences de la chanson de Franjo Reno.

Par Camille Esnault

Réagissez à l'actu people