Web

Malia Obama se lâche et twerke lors d’un festival (vidéo)

   / 4  
Malia Obama s'amuse avec ses copines lors d'un festival
1
Malia Obama s'amuse avec ses copines lors d'un festival
Malia Obama se met à twerker
2
Malia Obama se met à twerker
Malia Obama fait le buzz
3
Malia Obama fait le buzz
Malia Obama se lâche totalement
4
Malia Obama se lâche totalement

Aux Etats-Unis, lors du festival Lollapalooza, la fille ainée de Barack Obama, Malia, s’est encore fait remarquer. Après avoir été surprise en train de fumer un joint, la fille du président des Etats-Unis a été filmée alors qu’elle twerkait avec ses amies. Non Stop Zapping vous dévoile les images !

Malia Obama a bien grandi depuis 2008, l’année où son père a été élu président des Etats-Unis. Agée de 10 ans, la jeune Malia Obama était déjà très jolie et savait faire des grands sourires aux photographes. Aujourd’hui, à l’âge de 18 ans, la grande sœur de Sasha, 15 ans, commence à vivre ses premières expériences de femme et ses activités font déjà polémique !

Malia Obama twerke

A la fin du mois de juillet, la fille de Barack Obama se trouvait au Grant Park de Chicago afin de participer à l’un des plus gros festivals du monde, le Lollapalooza. Déjà prise en flagrant délit pendant qu’elle fumait un joint, Malia Obama s’est bien fait remarquer pendant la performance du rappeur originaire de Pittsburgh, Mac Miller, le nouveau compagnon d’Ariana Grande. Pendant le concert, l’adolescente de 18 ans se lâche totalement et semble inarrêtable. Après avoir fait plusieurs selfies avec ses copines, la fille de Michelle Obama a commencé à danser lascivement et de manière très suggestive. Malia Obama commence à se trémousser et finit par twerker. Elle qui intègrera la très reconnue université d’Harvard en 2017, après une année sabbatique passée à profiter, avait déjà fait le buzz, en janvier 2015, en s’affichant avec un t-shirt à l’effigie du collectif de rappeurs, Pro Era. Sous le feu des projecteurs, Malia Obama peut s’attendre à ce que les paparazzi ne la lâche pas.

Par Paul Vanderhaegen

Réagissez à l'actu people