Web

Iris Mittenaere répond à la polémique sur sa vente de vêtements (Vidéo)

Iris Mittenaere répond à la polémique sur sa vente de vêtements (Vidéo)

L'ancienne Miss France a expliqué dans une story Instagram publiée ce lundi 20 juillet pourquoi elle revendait ses vêtements et répond à un internaute qui la critique. Une séquence à retrouver sur Non Stop Zapping.

Iris Mittenaere a été prise subitement d'une envie de rangement. A la Marie Kondo, la star japonaise du pliage de vêtements et du vide placards, l'ancienne Miss France a entrepris de ranger ses affaires. Et comme elle l'explique dans une story publiée sur Instagram lundi 20 juillet, "je fais pas mal de tri, ça fait du bien. Je retrouve des petites pépites, je n'avais rien jeté depuis mon élection de Miss France (...) J'ai gardé énormément de souvenirs, j'ai du mal à me débarrasser d'objets, de vêtements."

Une vente au profit d'associations

Si la jeune femme de 27 ans fait du tri dans ses placards c'est parce qu'elle va bientôt déménager. La compagne de Diego El Glaoui fait ses cartons, même si son projet de changer de lieu de vie a été retardé par le confinement. Confinement qu'elle a passé à Paris avec son compagnon. Durant ce laps de temps suspendu, elle en a profité pour faire beaucoup de sport et apprendre à cuisiner. Depuis, elle s'est remise dans ses cartons et envisage de vendre ses vieux vêtements.

Une initiative qui a beaucoup énervée un internaute. Il ne comprend pas comment elle peut vendre ses anciens habits et en tirer profit. "Pourquoi si ce sont des vêtements que vous ne portez plus et qui j'imagine pour certains vous ont été offerts, vous ne les offrez pas à des personnes dans le besoin ?", a-t-il commenté. Du tac au tac, la belle lui a répondu. On aurait pu l'accuser de se faire de l'argent sur le dos des grandes marques qui lui ont donné ces vêtements, mais non ! Il n'en est rien, bien au contraire. "Les vêtements sont vendus au profit d'associations et le reste est envoyé au secours populaire", a rétorqué Iris Mittenaere. Et toc !

Par Mélanie C.

Réagissez à l'actu people