Web

Gilets jaunes : l'étrange vidéo de Maxime Nicolle sur les réseaux sociaux (vidéo)

Gilets jaunes : l'étrange vidéo de Maxime Nicolle sur les réseaux sociaux (vidéo)

Maxime Nicolle, porte-parole des Gilets jaunes et figure du mouvement, a posté une étrange vidéo sur les réseaux sociaux. Il annonce que le temps du pacifisme pour les manifestants est terminé, mais compte bien lui-même rester pacifiste. Une séquence étranger à retrouver sur Non Stop Zapping.

Maxime Nicolle est dans une position inédite. Le porte-parole autoproclamé des Gilets jaunes se retrouve écrasé entre les attentes des membres du mouvement et sa position privilégiée auprès des médias et du gouvernement. D'un côté, les Gilets jaunes souhaient voir le mouvement prendre plus d'envergure, quitte à se montrer plus violent. Notamment envers les journalistes, cibles désignées, en atteste l'agression violente de deux journalistes de LCI et leurs gardes du corps samedi dernier à Rouen. De l'autre côté, le gouvernement prose l'apaisement, avec son grand débat national qui débute ce mardi. Visiblement, Maxime Nicolle est complètement perdu.

"Il y aura des gens qui sont en train de devenir complétement ouf"

Après son interview quelque peu scandaleuse avec Hugo Clément pour Konbini, le porte-parole des Gilets jaunes a posté une nouvelle vidéo énigmatique sur les réseaux sociaux, où il parle de la montée de la violence dans les manifestations. "C'était bien drôle tout cela. On a bien rigolé pendant neuf semaines. Il serait peut-être temps de moins rigoler. Le pacifisme c'est bien, mais on peut faire du pacifisme et occuper des places" lance-t-il pour provoquer ceux qui ne se présentent sur les manifestations que le samedi. "Je sais que quoiqu'il arrive, il y aura des gens qui sont en train de devenir complétement ouf et qui veulent péter un plomb. Ca je l'avais prévenu, je ne pourrais pas l'empêcher. Je suis ni un leader, ni un chef. Si je dois me défendre, je me défendrais" a conclu Maxime Nicolle, qui subit visiblement des pressions de la part des autres Gilets jaunes.

Par Timothée Le Puil

Réagissez à l'actu people