Web

Explosions à Beyrouth : le gouverneur Marwan Abboud pleure devant les caméras (Vidéo)

Explosions à Beyrouth : le gouverneur Marwan Abboud pleure devant les caméras (Vidéo)

Le gouverneur de Beyrouth, Marwan Abboud n'a pu cacher son émotion devant les caméras des journalistes après les explosions qui ont frappé la ville. Il a fondu en larmes. Une séquence à revoir sur Non Stop Zapping.

Des images terribles et un bilan qui ne cesse de s'alourdir. Mardi 4 août, deux explosions ont retenti à Beyrouth, au Liban en milieu d'après-midi. Des bâtiments ont été soufflés comme des châteaux de carte devant la force des explosions. Le bilan de la Croix-Rouge du Liban diffusé au lendemain du drame parle d'au moins 100 morts et 3 700 blessés. Mardi en fin de journée, le Premier ministre libanais, Hassan Diab, affirmait que les déflagrations étaient dues à l'explosion de 2 750 tonnes de nitrates d'ammonium stockés dans le port. Le nitrate d'ammonium est utilisé pour créer des engrais mais aussi des bombes. C'est ce composant qui est à l'origine de l'explosion de l'usine AZF à Toulouse en 2001.

Donald Trump parle d'une "bombe"

La France a prévu d'envoyer une aide d'urgence sur place. Des urgentistes, mais aussi du matériel médical vont être envoyés au Liban. De son côté, Donald Trump parle d'une "attaque". Lors d'un point presse organisé à la Maison blanche, le chef d'Etat américain, a affirmé : "Cela ressemble à une terrible attaque. [...] C'est une sorte de bombe." Rien pourtant ne laisse présager d'un acte terroriste, mais Donald Trump n'est pas à une approximation près.

Le gouverneur de Beyrouth, Marwan Abboud s'est rendu sur place. Au milieu des décombres, le politique a déambulé, suivi par les caméras de télévision. Alors qu'il répond à une interview d'une journaliste, il ne peut retenir ses larmes. Moment d'intense émotion. L'homme politique pleure devant les caméras, désemparé. "Nous ne savons pas comment nous allons nous en remettre. Nous devons rester forts et nous devons être courageux, mais notre peuple a traversé tellement de choses”, a-t-il fini par dire devant les caméras de Sky News, comparant la catastrophe aux frappes nucléaires de 1945 au Japon. Face à l'étendue des dégâts, le Premier ministre a décrété un jour de deuil national.

Par Mélanie C.

Réagissez à l'actu people