Web

Deux syriennes filment le calvaire vécu à Raqqa, la capitale de Daesh (Vidéo)

Deux syriennes filment le calvaire vécu à Raqqa, la capitale de Daesh (Vidéo)

Depuis 2013 la ville de Raqqa est entre les mains des terroristes de Daesh. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que la vie sur place est loin d'être une partie de plaisir, et encore moins lorsque l'on est une femme. C'est donc pour montrer leur calvaire vécu au quotidien, que deux syriennes ont tenu à filmer en secret la vie dans les rues de Raqqa. Non Stop Zapping vous en dit plus.

Cela va faire maintenant presque trois ans que le groupe terroriste Daesh a pris possession de la ville de Raqqa en Syrie. Et si ces derniers sont très heureux des conditions de vie qu'ils imposent aux habitants de la cité syrienne, ceux qui y sont encore contraints d'y habiter sont quant à eux totalement à bout.

Et si les hommes peuvent avoir un rythme de vie plutôt classique, les femmes de leur côté n'ont pratiquement aucun droit. Alors que les terroristes du groupe Daesh pratiquent un Islam littéralement radical, les femmes doivent se plier aux règles imposées, sinon ces dernières sont victimes de châtiments tous plus horribles les uns de sautes.

Une ville détruite et envahie par la violence

Et c'est afin de dénoncer au monde entier le calvaire qu'elles vivent au quotidien, que deux courageuses syriennes ont décidé de filmer en caméras cachées comment est la vie à Raqqa. Parées de caméras qu'elles ont dissimulé sous leur niqab, ces femmes montrent des conditions de vies impensables. Où la plupart des hommes marchent dans les rues armés de kalachnikovs ou d'autres armes de guerre. Dans les magasins même constat, les femme n'ont pas leur place. Si bien, que même sur les boites de colorations pour cheveux, les visages des femmes sont griffonnés afin qu'on ne puissent pas voir leurs têtes.

Alors qu'une de deux syriennes monte dans un taxi, le chauffeur lui explique que si un terroriste l'aperçoit avec une femme à bord, ce dernier peut être puni sur le champs par pas moins de 30 coups. Idem pour la femme, qui n'est pas censé se promener et encore moins prendre le taxi, sans la présence d'un homme à ses côtés. Des images qui font froid dans le dos, et qui ont été diffusées sur le médias suédois Expressen TV. Ces dernières montrent également à quel point la ville de Raqqa a été détruite par les différents assauts qu'elle a pu subir.

Par Nataly Salmeron

Réagissez à l'actu people