Web

Défigurée suite à une attaque à l’acide, elle prend sa revanche en devenant mannequin (vidéo)

Défigurée suite à une attaque à l’acide, elle prend sa revanche en devenant mannequin (vidéo)

Victime d’une attaque à l’acide et défigurée alors qu’elle n’avait que 15 ans, Laxmi Agarwal a pris une magnifique revanche sur la vie. Devenue une brillante avocate, elle s’est récemment lancé dans le mannequinat pour une marque de sous-vêtements indienne afin de faire évoluer les mentalités dans son pays. Une vidéo que nous vous proposons de découvrir sur notre site Non Stop Zapping.

Laxmi Agarwal n’a que 15 ans lorsqu’elle refuse la demande en mariage d’un homme du double de son âge. Vexé, celui-ci se venge de l’humiliation en l’aspergeant d’acide en plein milieu du marché de Delhi, une pratique malheureusement plutôt commune en Inde. A jamais défigurée, la jeune femme n’a pourtant pas baissé les bras et continue, aujourd’hui encore, à se battre pour que les auteurs de ce type d’agression soient traduits devant la justice de son pays : "Je ne peux pas oublier la violence de cette agression. Je veux m'assurer que ce genre de choses ne se produira plus" a-t-elle confié au Daily Mail. Devenue une avocate engagée, elle lutte au quotidien pour faire évoluer les mentalités en Inde et a déjà recueilli plus de 27 000 signatures sur une pétition visant à demander au gouvernement indien de poursuivre les auteurs d’attaques à l’acide. Son engagement a d’ailleurs déjà dépassé les frontières de son pays puisqu’elle a reçu en 2014 le prix International Women for Courage des mains de Michelle Obama.

"Cette campagne va changer l'attitude des criminels"

Et sa vie a récemment pris un nouveau tournant. Portée par l’amour infini de son compagnon, lui aussi engagé dans la lutte pour les droits des femmes, Laxmi Agarwal a accepté de devenir mannequin pour une marque de sous-vêtements indienne, Viva N Diva. Elle apparaît plus spécifiquement dans une campagne baptisée Les visages du courage. Son engagement est d’ailleurs loin d’être inutile puisqu’en 2013 grâce à son acharnement le gouvernement indien a ordonné des restrictions à la vente d’acide et prévu des indemnités plus importantes pour les victimes. Quant à cette campagne, elle en est persuadée, elle fera évoluer les mentalités : "Avant les gens ne voulaient pas nous voir. Maintenant ils veulent nous rencontrer et nous prendre en photo. Cette campagne va changer l’attitude des criminels. Ils vont réaliser que les femmes qu’ils ont attaqué ne vont pas s’asseoir tranquillement dans un coin et ne rien faire".

Réagissez à l'actu people