Web

Daech : Découvrez le bouleversant témoignage d'une ancienne esclave de l'Etat islamique

Daech : Découvrez le bouleversant témoignage d'une ancienne esclave de l'Etat islamique

C'est un témoignage à la fois terrible et nécessaire que publient ce jeudi 3 septembre nos confrères du Parisien. Jinan, une jeune yézidie de 18 ans, a été pendant de longs mois l'esclave de Daech avant de parvenir à s'échapper. Elle raconte ses horribles conditions de vie dans un livre intitulé Jinan. Esclave de Daech.

Décembre 2014, le Daily Online publie des extraits d'un guide de l'Etat islamique visant à exliquer à ses membres comment traiter les esclaves sexuelles. Une liste de règles qui laissaient entrevoir un peu plus l'horreur imposée par Daech à des milliers de femmes capturées. Cette terrible règlementation indique notamment que "les filles vierges peuvent être violées immédiatement après avoir été achetées par leur propriétaire. Celles qui ont déjà eu des rapports sexuels doivent avoir leur utérus 'purifié' en premier" et qu'"il est légal d'avoir des relations sexuelles avec une enfant prépubère".

La publication de ce guide faisait suite à un autre document distribué peu avant. Celui-ci précisait "la liste des prix" des esclaves sexuelles. Le coût d'une femme yézidie ou chrétienne entre 40 et 50 ans est d'environ 34 euros. Mais, celui d'un enfant entre âgé de 1 à 9 ans est quatre fois plus élevé. D'autres caractéristiques entrent également en considération. Ainsi, on apprenait que les femmes aux yeux bleus étaient particulièrement recherchées et leur tarif donc plus élevé.

"Leur but ultime est d'instaurer le califat sur la planète entière"

Une horreur qui laisse sans voix et dont a choisi de témoigner Jinan. Cette jeune fille yézidie de 18 ans a fait partie des esclaves de Daech avant de parvenir à s'enfuir. Elle témoigne aujourd'hui dans un livre Jinan. Esclave de Daech (Editions Fayard). "Je parle pour témoigner encore et encore. C'est un message destiné à toutes mes sœurs yézidies qui sont toujours aux mains de ces monstres et qu'il faut sauver à tout prix" a-t-elle expliqué à nos confrères du Parisien.

Capturée en août 2014 par des jihadistes dans la région de Sinjar, dans le nord-ouest de l'Irak, Jinan raconte avec force et pudeur les terribles conditions dans lesquelles elle a vécu avec d'autres jeunes femmes. "Nos maîtres étaient d'une méchanceté inouïe. Nous étions torturées, battues, enchaînées sous le soleil toute la journée. Ils nous faisaient boire de l'eau dans laquelle des souris mortes avaient trempé. Nous étions leurs bonnes à tout faire. On devait cuisiner pour trente à quarante membres de Daech. On nettoyait leurs vêtements, on lavait la maison" raconte-t-elle ainsi sans s'attarder sur les viols qu'elles subissaient quotidiennement.

Jinan a également pour objectif de prévenir les occidentaux, notamment ceux qui partent en Syrie ou en Irak pour faire le jihad. "Continuez votre vie ici, dans votre pays en sécurité. Daech ne respecte rien" prévient-elle ainsi.  "Durant ma détention, je n'ai pas croisé un seul jihadiste qui fasse preuve de compassion. Ils ne pensent qu'à la guerre, à la vengeance, à la mort. Il y avait des Irakiens, des Syriens, des combattants étrangers. Leur but ultime est d'instaurer le califat sur la planète entière, y compris en Occident. Ils considèrent qu'ils détiennent la vérité absolue. Que tous les autres doivent se soumettre ou périr" raconte-t-elle également.

 

 

 


Jinan, ancienne esclave de Daech : « Ce sont... par leparisien

Réagissez à l'actu people