Web

Attentats de Paris : Le bouleversant témoignage d’un rescapé du Bataclan sur Youtube (Vidéo)

Attentats de Paris : Le bouleversant témoignage d’un rescapé du Bataclan sur Youtube (Vidéo)

Cela va bientôt faire trois mois que la ville de Paris a été frappée par de terribles attentats. Amaury Baudoin, qui était au Bataclan ce vendredi 13 novembre 2015, a décidé de raconter dans une vidéo très émouvante, postée sur Youtube, son traumatisme. Des extraits que nous vous proposons de retrouver sur notre site Non Stop Zapping.

Le 13 novembre dernier, la France basculait dans l’horreur après les terribles attaques terroristes du Stade de France, du Bataclan et de différentes terrasses du 11e et 10e arrondissement de Paris. Au total, ces attentats ont causé la mort de 130 personnes et fait des centaines de blessés dont certains luttent encore aujourd’hui pour leur survie. Depuis, de nombreux témoignages de rescapés et de témoins ont témoigné de cette terrible soirée. Parmi eux, Didi, vigile et héros du Bataclan, qui avait accepté de se confier pour la première fois au micro de "BFMTV" début janvier. En effet, il n’avait pas hésité à mettre sa vie en danger pour sauver celle des autres.

"Je refuse de perdre mes yeux d’enfant"

Amaury Baudoin était lui aussi au concert des Eagles Of Death Metal au Bataclan ce vendredi 13 novembre 2015. Dans une vidéo postée, il y a un mois sur Youtube, ce rescapé a tenu à raconter son traumatisme. “Ce soir-là, ma copine et moi étions au mauvais endroit au mauvais moment. (...) Au Bataclan, j’ai croisé Caroline, une fille de mon âge qui m’a servi au bar et Gilles qui était à côté de moi dans la salle et que j’avais remarqué pour l’élégance de sa barbe et de ses lunettes rondes. Tous les deux sont morts. Je ne les connaissais pas et pourtant je pense fort à eux", confie-t-il avant d’ajouter : “Le 13 novembre, j’ai cru que j’allais mourir. (...) J’éprouve encore des scrupules à avoir eu autant de chance de m’en être sorti avec un simple éclat dans la cuisse et dans le dos.” Il n’a pas hésité non a taclé certains médias qu’ils traitent de "charognards" et qui "cherchaient à filmer l’horreur immédiate de nos larmes et du sang sur nos vêtements". Il explique ensuite avoir quitté Paris pour reprendre goût à la vie en Afrique. “Je refuse de perdre mes yeux d’enfant (…) Je vais utiliser ma caméra comme ils utilisent leurs fusils. Je vais la tourner vers le réel pour y confronter mes valeurs et remettre en question mes idées.” Mais le traumatisme reste encore très présent. “Aujourd’hui, je suis de ceux qui disent qu’ils n’ont pas peur mais qui ont du mal à reprendre les transports en commun".

Réagissez à l'actu people