Web

Agression d'une jeune fille en maillot à Reims : La principale mise en cause témoigne sur Facebook

Agression d'une jeune fille en maillot à Reims : La principale mise en cause témoigne sur Facebook

Il y a un peu moins d'une semaine, une jeune femme qui voulait bronzer en maillot de bain dans un parc reimois était agressée par cinq jeunes femmes.Très vite l'affaire a pris des proportions énormes car certains médias avançaient qu'il s'agissait d'une agression motivée par des motifs religieux, ce qu'a démenti le parquet de Reims. Ce mardi 28 juillet, l'une des mises en cause témoigne dans une vidéo publiée sur sa page Facebook.

Mercredi 22 juillet, une jeune femme était agressée par cinq personnes au parc Léo-Lagrange de Reims alors qu'elle bronzait en maillot de bain. C'est le journal L'Union qui rapportait en premier ce fait divers en suggérant que cette agression avait un mobile religieux ou moral. Très vite, l'affaire faisait le tour des médias et des réseaux sociaux. De nombreux internautes se disaient indignés qu'une jeune femme soit victime de violence à cause de sa tenue jugée incorrecte par ce que beaucoup pensaient être des "islamistes" voulant imposer une tenue vestimentaire stricte pour les femmes.

Quelques jours plus tard, cette version a été démentie par le parquet de Reims qui assurait que "ni la victime ni les auteures des coups n’ont fait état, lors des auditions, d’un mobile religieux ou d’un mobile moral qui aurait déclenché l’altercation". Quant à L'Union, le quotidien a reconnu dans un article publié ce mardi 28 juillet une "formulation maladroite assurément car perçue comme l’affirmation que l’affaire était la manifestation certaine d’un interdit religieux" de la part du journaliste ayant rapporté l'agression.

Une des mises en causes dans l'agression de Reims témoigne

Un témoignage publié par l'une des mises en cause dans l'agression de Reims permet de comprendre un peu mieux les circonstances qui entourent cette affaire, ou tout du moins d'en avoir une version plus complète. Une jeune femme répondant au pseudo Nesrine Mook a posté une vidéo sur sa page Facebook. "Aujourd'hui je viens devant cette caméra, je demande à ce qu'on me filme, je demande à ce que ma tête on la voit bien parce que je veux expliquer les faits" déclare la jeune femme qui porte une minerve.

"Il n'a jamais été question de maillot de bain" continue-t-elle, "je suis la première à aller bronzer en maillot de bain au parc Léo-Lagrange. Il n'a jamais été question de ça, il a été question d'un physique. Ma copine a dit 'Ce n'est pas l'été, il ne faut pas bronzer. Ce n'est pas l'heure de sortir les maillots.' La personne [la jeune femme en maillot de bain, ndlr], la soit-disante victime a dit 'Vu ton corps, je comprends que tu ne puisses pas te mettre en maillot.' Ma copine a fait l'erreur, c'est vrai elle a fait une petite erreur. [...] Je suis venue pour les séparer. La victime n'a pas eu peur de me porter une gifle. Si elle avait été impressionnée - comme elle le disait - par les cinq personnes qu'il y avait autour d'elle, pourquoi m'a-t-elle porté une gifle ? Pourquoi m'a-t-elle tapé ? Comment vous expliquez que cette personne a eu quatre jours d'ITT [Incapacité Totale de Travail, ndlr], j'ai eu dix jours d'ITT par mon médecin ? Comment vous expliquez tout ça ? Maintenant nous sommes dans un débat politique. Là, notre histoire.... nous sommes des proies faciles j'ai envie de dire. Nous sommes des proies faciles de tout ce qui est en train de se passer. Nous ne sommes pas des terroristes. [...] Je ne suis ni une terroriste ni une policière islamiste."

Cette jeune femme et les autres mises en cause dans cette affaire seront renvoyées devant le tribunal correctionnel en septembre 2015 pour "violences en réunion".

Réagissez à l'actu people 1
Par sophie13007 | le Mardi 28 Juillet - 19:55
ras le bol
snif je vais pleurer ! oui renversons la situation !! mdr
0