TV

Zone interdite : Un dealer libéré avoue qu’il a menti au tribunal sur son trafic (Vidéo)

Zone interdite : Un dealer libéré avoue qu’il a menti au tribunal sur son trafic (Vidéo)

Sur M6, dimanche soir, les équipes de Zone Interdite ont suivi le Tribunal de Grande Instance de Dijon. L’occasion de découvrir Julien, dealer relâché par la justice, malgré une arrestation avec en sa possession 400 grammes de cannabis. Une fois libéré, le jeune homme avoue aux équipes de M6 qu’il a menti et qu’il a eu de la chance. La vidéo est sur Non Stop Zapping.

Dans Zone Interdite, dimanche soir sur M6, Ophélie Meunier et ses équipes ont plongé les téléspectateurs dans les coulisses du Tribunal de Grande Instance de Dijon. "Escroqueries, violences, ou encore délinquance routière : 41 magistrats traitent plus de 26.000 affaires chaque année. Une justice du quotidien, à laquelle chaque Français peut un jour être confronté", annonçait le communiqué de presse de la chaîne. Ce reportage s’intéresse notamment à Julien (le prénom a été changé par la chaîne) arrêté par les forces de l’ordre en possession de 400 grammes de cannabis. Au tribunal, le jeune homme réfute être un vendeur régulier et faire un gros bénéfice sur la revente à "ses cinq ou dix potes, pour dépanner".

De la drogue bien cachée chez lui

Coupable, et condamné par le tribunal à 18 mois de prison – dont trois mois ferme, Julien ne passera pas par la case prison. "Pour ces trois mois ferme, le tribunal n'ordonne pas mandat de dépôt, donc vous ne partez pas immédiatement en prison", annonce le tribunal. En réalité, ces trois mois seront transformés en heures de travail d'intérêt général. Et lors des 15 mois de prison avec sursis avec mise à l’épreuve, le jeune homme doit chercher un travail et soigner son addiction au cannabis. Au tribunal, Julien a minimisé son rôle de trafiquant. Mais la réalité est bien différente…

Deux semaines après son procès, M6 retrouve Julien dans sa cabane de pêche, en bord de lac. L’occasion pour lui de livrer sa vérité : "Je ne pourrais pas te dire combien je gagnais exactement, mais je vivais du trafic de drogue, très clairement. Je vivais bien. Ça faisait six, sept, huit ans que je faisais du trafic. Tu vois l'argent qui rentre, tu te dis : Pourquoi j'arrêterais ? (…) Ma vie, c'était quatre mois de l'année au bord de l'eau à pêcher dans toute la France. Le reste, c'était des vacances. Pas de travail, pas besoin de se lever à 7h du matin pour bosser pour un patron qui n’en a rien à foutre de ta gueule, et être l'esclave de quelqu'un. Ce n'était pas ma vie." Visiblement chanceux, Julien affirme aussi que les gendarmes n’ont pas trouvé de la drogue cachée chez lui. "J’ai eu de la chance", reconnait-il. Découvrez le témoignage sur Non Stop Zapping.

Par Alicia Dubreuil

Réagissez à l'actu people