TV

Violences policières : Mathieu Kassovitz dénonce les problèmes dans la police (vidéo)

Violences policières : Mathieu Kassovitz dénonce les problèmes dans la police (vidéo)
capture d'écran RMC

Au sujet des violences policières au coeur de l'actualité avec la mort de George Floyd, Mathieu Kassovitz a partagé sa colère et dénoncer les problèmes dans la police sur RMC Story ce vendredi 5 juin. Une séquence à découvrir sur Non Stop Zapping.

Il y a 25 ans, Mathieu Kassovitz frappait fort avec son film "La Haine" sur les violences policières. Alors que le sujet est toujours autant d'actualité avec la mort de George Floyd aux Etats-Unis, le réalisateur a partagé sa vision de la police dans les Grandes Gueules sur RMC Story ce vendredi 5 juin. Avec son franc-parler, Mathieu Kassovitz est revenu sur l'affaire Adama Traoré en écho avec ce qui se passe aux États-Unis". "Ça fait 4 ans que Assa Traoré se bat pour quelque chose qui est une injustice évidente", lance-t-il à propos de la soeur du jeune homme mort en 2016. "Il a été étouffé, la cage thoracique enfoncé, et il a été laissé pour mort sur le sol pendant que les gendarmes mentaient à la famille en disant qu'il allait bien !", a dénoncé Mathieu Kassovitz sur les conditions du décès d'Adama Traoré.

"Il faut que vous respectiez votre métier !"

"Aux États-Unis, la police est ultra-militarisée, c'est un objet de répression, mais en France, on a une autre tradition, on devrait considérer nos policiers d'une manière différente, et eux aussi", a ensuite assuré le réalisateur. En évoquant un problème politique, Mathieu Kassovitz estime que les policiers ne seraient "pas assez éduqués". "On ne les paye pas assez ! On ne les forme pas assez !", dénonce-t-il en poursuivant : "Il faut qu'on vous respecte ! Il faut que vous vous respectiez, Il faut que vous respectiez votre métier ! Votre fonction ! Vous vous engagez, il faut que vous dénoncez vos collègues s'il ne respectent pas cet engagement !". Face à la situation, Mathieu Kassovitz considère qu'il faut "les désarmer, et moins d'effectifs !".

 

Par Marie Merlet

Réagissez à l'actu people