TV

Vif échange entre Laurence Ferrari et Nadine Morano : "Vous êtes journaliste, vous n’êtes pas procureur !" (vidéo)

Vif échange entre Laurence Ferrari et Nadine Morano : "Vous êtes journaliste, vous n’êtes pas procureur !" (vidéo)

Le sujet sur le port du voile créer des tensions. Invitée dans Punchline ce mardi 15 octobre, Nadine Morano a eu un vif échange avec Laurence Ferrari qui ne laisse rien passer. Une séquence à découvrir sur Non Stop Zapping.

La tension se poursuit autour du débat sur le port du voile. Après un vif échange avec Julien Odoul, élu du Rassemblement national qui avait demandé à une mère de famille de retirer son voile en plein Conseil Régional de Bourgogne-Franche-Comté, Laurence Ferrari a fait réagir Nadine Morano sur ce sujet le lendemain. Tout comme l'élu d'extrême droite, la députée européenne a entrepris un parallèle douteux qui a de nouveau fait bondir la présentatrice. Alors que Nadine Morano dénonce le port du "voile islamique", Laurence Ferrari lui demande : "Vous savez pourquoi cet enfant pleurait ? À l'évidence parce que sa mère a été interpellée assez violemment par un élu du Rassemblement National ! Parce que c'est une mauvaise française, cette dame ?". 

"Quel est le rapport avec cette dame ?"

"Écoutez, je ne sais pas quel est son comportement… Je juge simplement que si on ne fait pas… Écoutez, il y a quatre policiers qui ont été assassinés. Il y a 260 personnes qui sont mortes en France à cause de l’Islam radical !" tente de se justifier Nadine Morano. "Aucun rapport !" rétorque Laurence Ferrari qui explique : "Quel est le rapport avec cette dame ? Il n’y a aucun rapport Mme Morano. Ce n’est pas possible de faire la comparaison entre la tuerie de la préfecture de police et cet incident au Conseil Régional de Bourgogne". Et ajoute : "Moi je vous le dis, parce que je suis journaliste". Dans une ambiance tendue, Nadine Morano lui rétorque en faisant allusion à son échange avec Julien Odoul : "Vous êtes journaliste, vous n’êtes pas procureur ! Monsieur Oudoul, il a le droit (de s'exprimer), au titre de la liberté d’expression, au titre d’élu, lui qui détient un mandat et non pas vous ! Vous, vous êtes salariée de cette chaîne, vous ne détenez pas un mandat donné par les électeurs par le suffrage universel". 

 

 

 

Par Marie Merlet

Réagissez à l'actu people