TV

Une journaliste américaine gênée par l'évocation de sex toys à l'antenne !

Une journaliste américaine gênée par l'évocation de sex toys à l'antenne !

Moment de solitude pour Andi Guevara, journaliste américaine locale Channel 2 dans le Nevada, aux Etats-Unis. Et pour cause, alors qu’elle présentait les informations, John Potter, son coanimateur, s’est alors lancé dans une déclaration surprenante concernant les sex toys…

Au mois de juin, Lucy Pawle, journaliste chez CNN, avait créé le buzz. En effet, alors qu’elle couvrait la Gay Pride dans les rues de Londres, elle a cru reconnaître le drapeau de Daesh, pensant alors faire une découverte surprenante. Ainsi, face à la caméra, Lucy Pawle avait alors fait remarquer sa trouvaille aux téléspectateurs : "Il y avait quelque chose de perturbant à la Gay Pride de Londres…", avait-elle lancé avant d’ajouter : "Je rentrais du travail, quand j’ai vu cet homme très distinct du reste de la foule, habillé en noir et blanc au milieu de couleurs vives. Il tenait ce qui semble être une mauvaise imitation du drapeau de l’Etat Islamique". Plus encore, elle avait soutenu que le drapeau appartenait bel et bien aux partisans de Daesh : "Si vous regardez le drapeau de près, ce n’est clairement pas de l’arabe. On dirait plutôt du charabia, mais c’est distinctement un drapeau de l’Etat Islamique", avait-elle alors lâché. Une affirmation qui s’est avérée fausse puisqu’en y regardant de plus près, le drapeau était en fait composé de…sex toys !

Embarrassée, Andi Guevara rappelle son collègue à l’ordre

Quelques semaines après, les sex toys sont de nouveau au cœur de l’actualité. Cette fois-ci, c’est Andi Guevara, journaliste de la chaîne locale Channel 2 dans le Nevada, qui en a fait les frais. Alors qu’elle annonçait que la société Amazon avait dépassé Walmart en termes de valorisation, comptant ainsi 264 milliards de dollars contre 234 milliards pour le géant du supermarché, elle a alors dû faire face aux explications tordues du coanimateur du journal, John Potter. "Vous savez pourquoi ?", lui a-t-il lancé avant de répondre à sa propre question : "Parce qu’ils vendent des sex toys. Et Walmart ne peut pas ou ne vendra pas de sex toys. Amazon le fait. Un ami à moi travaillant dans un entrepôt m’a dit qu’ils en vendaient des tonnes". Face à une Andi Guevara terriblement gênée par ces révélations, John Potter a poursuivi : "Je vous dis juste que ça se passe comme ça !". De là, la journaliste a alors décidé de stopper son collègue dans son élan, clamant : "Ils essayent de manger leur petit déjeuner !", faisant ainsi référence aux téléspectateurs. Ce à quoi John Potter n’a pas manqué de répondre : "OK, mais personne d’autre ne vous dire ça. Voilà pourquoi je le fais", a-t-il ajouté. 

Réagissez à l'actu people