TV

Un reportage choc révèle que des pharmaciens refusent de délivrer la pilule du lendemain (Vidéo)

   / 4  
Une journaliste s'est intéressée aux pharmaciens qui refusent de délivrer la pilule du lendemain
1
Une journaliste s'est intéressée aux pharmaciens qui refusent de délivrer la pilule du lendemain
Sur 15 pharmacies parisiennes, 2 ont refusé de donner la pilule du lendemain à une mineure
2
Sur 15 pharmacies parisiennes, 2 ont refusé de donner la pilule du lendemain à une mineure
Les pharmacies ont pourtant l’obligation de délivrer la pilule du lendemain
3
Les pharmacies ont pourtant l’obligation de délivrer la pilule du lendemain
Un pharmacien a tenu un discours sur les effets secondaires de la pilule du lendemain
4
Un pharmacien a tenu un discours sur les effets secondaires de la pilule du lendemain

L'Autre JT sur France 4 a décidé de s'intéresser aux pharmaciens qui ne délivrent pas la pilule du lendemain aux jeunes filles. Alors que l'accès à ce contraceptif est gratuit et anonyme, certains pharmaciens refusent de la donner. C'est en tout cas le résultat d'une caméra cachée étonnante que nous vous proposons de découvrir sur notre site Non Stop Zapping.

Ces derniers temps, les pharmaciens sont dans le viseur de certaines émissions de télévision. Ainsi en février dernier, Sept à Huit est revenue sur l'affaire de cette fausse pharmacienne qui a réussi à détourner plus d'un million d'euros. C'est en voyant que le chiffre d'affaire d'une petite pharmacie de quartier est en constante croissance que des agents de la sécurité sociale ont découvert la supercherie. Cette fois, l'émission l'Autre JT sur France 4 s'est intéressée à une affaire en Gironde concernant un pharmacien qui refuse de délivrer tout moyen de contraception aux habitants de Salleboeuf. Une journaliste a donc décidé d'enquêter avec l'aide d'une jeune complice dans d'autres pharmacies.

Des explications très étranges

Alors qu'en France, cela fait 14 ans que l'accès à la pilule du lendemain pour les mineures est gratuit et anonyme, Sarah Constantin a voulu tester la réalité et a donc envoyé une jeune fille mineure dans 15 pharmacies parisiennes. Et si dans la majorité, la jeune fille a bien reçu son bien tout en recevant des conseils sur la contraception, deux pharmaciens ont refusé de remettre le contraceptif. Ils ont d'ailleurs demandé à la jeune fille une pièce d'identité, et lui ont même demandé de payer "pour éviter les problèmes avec la sécu". L'un des deux pharmaciens a également tenu un discours très angoissant sur les effets secondaires de la pilule du lendemain qui ont pourtant été réfutés par l'Organisation Mondiale de la Santé.

 

Par Alexia Felix

Réagissez à l'actu people