TV

Un ex-élu FN dérape sur le "salut nazi" et choque les téléspectateurs (vidéo)

Un ex-élu FN dérape sur le "salut nazi" et choque les téléspectateurs (vidéo)

L’émission "La Nouvelle Edition" diffusait un reportage sur "l’extrême droite dans les rues contre Emmanuel Macron". Paola Puerari a interrogé un certain Alexandre Gabriac, ancien militant aux côtés de Marine Le Pen. Ses propos sur le salut nazi ont choqué les téléspectateurs qui ont réagi sur les réseaux sociaux. Plus d’informations sur Non Stop Zapping.

Alexandre Gabrias, ancien militant du FN au côté de Marine le Pen, a été banni du parti après avoir publié une photo de lui faisant le salut nazi avec une croix gammée en toile de fond. Il a rejoint une association liée à l’extrême droite avant de devenir leader des Jeunesses Nationalistes (JN), un groupuscule d’extrême droite dissous en 2013. Alexandre Gabriac est bien connu des services de police, il avait été condamné à deux mois de prison ferme en 2015 pour avoir organisé une manifestation, contre les "zones de non-droit" et le "racisme anti-blanc", interdite en 2012 à Paris. "Je viens de recevoir le délibéré de la cour d'appel : ma condamnation à 2 mois de prison ferme est confirmée. Pendant ce temps-là, la France crève. J'aurais dû être violeur plutôt que nationaliste. On prend moins de placard", avait-il réagit après sa condamnation sur les réseaux sociaux.

Alexandre Gabriac : "Un salut nazi ce n’est pas grave"

Il a rejoint par la suite le mouvement catholique intégriste Civitas, pour lequel il est investi dans l'isère comme candidat aux législatives. La journaliste, Paola Puerari, l'a rencontré pendant la magnifestation de ce groupe catholique radical à Paris ce dimache 14 mai 2017. Elle est revenue sur le sujet du salut nazi avec Alexandre Gabriac, qui "n’arrive pas à condamner ce geste". A la question de la journaliste : "Vous dénoncez les gens qui font des saluts nazis ?". Le jeune nationaliste répond à ça : "Ca dépend, je suis pour la liberté. A partir du moment où on ne dénonce pas ceux qui sont pour la libéralisation du cannabis ou autre, je ne vois pas pourquoi on dénoncerait ceux qui font des saluts nazis (…) Un salut nazi ce n’est pas grave !". Des mots très durs à entendre pour les téléspectateurs qui ont immédiatement réagi sur les réseaux sociaux : "J’en étais malade d’entendre autant de choses affreuses… Ce sont des fous".

Par Elisa Huet

Réagissez à l'actu people