TV

Travailleurs du clic : Quand les internautes arrondissent facilement leurs fins de mois (vidéo)

Travailleurs du clic : Quand les internautes arrondissent facilement leurs fins de mois (vidéo)

Dans le JT du 19 / 45 diffusé ce jeudi 30 mai sur M6, nos confrères ont dévoilé un reportage sur le microtravail, dans lequel une "travailleuse du clic" explique gagner entre 200 et 300 euros par mois. Une séquence à retrouver sur Non Stop Zapping.

Ce jeudi 30 mai dans le JT du 19 / 45 diffusé sur M6, nos confrères se sont intéressés au microtravail. Ce travail à la tâche consiste à inciter des internautes volontaires à répondre à des sondages et à des questionnaires en ligne. Cet emploi, qui est faiblement rémunéré, n'assure aucune protection salariale. Les "employés" qui ne sont rattachés à aucune entreprise peuvent ainsi, de leur côté, se faire quelques euros par ci ou par-là, simplement en consacrant quelques minutes à ce travail à la tâche. Aucun CV, entretien ou lettre de motivation n'est demandé pour y avoir accès. Il suffit de se connecter à internet et de surfer sur les différentes plateformes ou applications concernées, qui proposent ce genre d'opérations en libre accès. Pour illustrer leur reportage sur le sujet, les journalistes de M6 ont interviewé Sarah Goillon.

Un complément de salaire mensuel situé entre 200 et 300 euros

Cette mère de famille qui a six enfants a trouvé la solution pour mettre un peu de beurre dans ses épinards. Chaque jour, cette jeune femme de 26 ans prend le temps de répondre à de nombreux questionnaires en ligne, dans le but de récolter quelques centimes à chaque fois. La plupart du temps directement depuis chez elle, cette dernière parvient donc à consacrer suffisamment de temps à ces plateformes pour gagner entre 200 et 300 euros mensuellement. Malgré cette jolie somme qui n'est pas déclarée et qui a de quoi faire les yeux doux aux internautes qui souhaiteraient arrondir leurs fins de mois, il ne faut pas oublier que cela est au prix de la transmission des données personnelles. En France, le concept fait son petit bonhomme de chemin puisqu'il y aurait 260.000 personnes, inscrites sur ses plateformes.

Par Nina Siahpoush

Réagissez à l'actu people