TV

TPMP : Thierry Moreau tacle sévèrement Isabelle Morini-Bosc (Vidéo)

TPMP : Thierry Moreau tacle sévèrement Isabelle Morini-Bosc (Vidéo)

Dans l’épisode de TPMP du 13 février avait lieu le conseil de classe d’Isabelle Morini-Bosc. À cette occasion, Thierry Moreau s’est fait un malin plaisir de lui faire la liste des choses qu’il lui reprochait. Non Stop Zapping vous en dit plus.

Depuis quelques temps, chaque semaine, les chroniqueurs de Touche pas à Mon Poste sont à tour de rôles jugés les uns par les autres. Dans ce système de "conseils de classe" mis en place par Cyril Hanouna, personne n’échappe aux critiques acérées des confrères. Après Capucine Anav qui avait été durement critiquée, ou encore Gilles Verdez ou Jean-Michel Maire, également passés au crible, c’est aujourd’hui Isabelle Morini-Bosc qui a fait les frais de ce petit jeu. Dans l’épisode de TPMP de ce 13 février, les chroniqueurs étaient en effet invités à exprimer les points forts et les points faibles de la journaliste. Un exercice auquel Thierry Moreau, souvent agacé par sa consœur, s’est prêté avec joie.

"Tu devrais enlever quelques colliers"

"Je ne suis pas friand de tes analyses qui soutiennent toujours le groupe M6 ou les animateurs importants" lui a-t-il d’abord reproché avant de poursuivre : "Je trouve que tu as un petit peu tendance à être faible avec les puissants et puissante avec les faibles". Pour Thierry Moreau, Isabelle Morini-Bosc aurait en effet souvent tendance à dissimuler ses véritables points de vue pour ne pas perturber ses relations avec les gens du métier. Et il n’est pas le seul à le penser puisque Valérie Benaïm ou encore Cyril Hanouna ont adressé le même reproche à la journaliste. "Tu devrais enlever quelques colliers parce que la période des sapins de Noel est terminée" a-t-il ajouté, en référence au look décalé de la chroniqueuse. Loin de se laisser démonter, cette dernière a su répondre avec humour à son collègue avec un simple "Il m’enguirlande".  De quoi lui montrer que ses différences sont ce qui fait sa force.

Par Amel Chettouf

Réagissez à l'actu people