TV

TPMP : Gilles Verdez tacle Frédéric Beigbeder et sa chronique ratée sur France Inter (vidéo)

TPMP : Gilles Verdez tacle Frédéric Beigbeder et sa chronique ratée sur France Inter (vidéo)

Gilles Verdez ne porte (plus) Frédéric Beigbeder dans son cœur. Lundi 19 novembre, le chroniqueur de Touche Pas à Mon Poste est revenu sur le fiasco de l'auteur réalisateur lors de sa dernière chronique sur France Inter. Pour Gilles Verdez, "c'est inacceptable". Une séquence à retrouver sur Non Stop Zapping.

Manque d'inspiration, paresse ou simple soirée qui finit tard, les raisons avancées du dernier fiasco de Frédéric Beigbeder sont multiples. Jeudi 15 novembre, l'auteur et réalisateur a livré sa dernière chronique au micro de France Inter. Trois minutes de malaise intense durant lesquelles Frédéric Beigbeder, loin d'être un élève modèle, a tenté, tant bien que mal, de combler son manque de préparation. "J'avais vraiment écrit une chronique super brillante sur les gilets jaunes, mais je l'ai perdue hier. Je l'avais écrite sur un morceau de papier et je l'ai perdue hier soir vers 3h du matin dans une nouvelle boîte" a-t-il raconté sous les regards gênés  - voire agacés - de Léa Salamé et Nicolas Demorand.

"C'est inacceptable !"

La pilule n'est pas passée puisque, samedi 17 novembre, la patronne de France Inter  Laurence Bloch, a annoncé l'arrêt de la collaboration avec Frédéric Beigbeder. Une annonce sur laquelle sont revenus Cyril Hanouna et ses chroniqueurs dans Touche Pas à Mon Poste, lundi 19 novembre. Si la majorité a plaidé pour une simple bourde de la part de Frédéric Beigbeder, qui se serait simplement "planté" selon Jean-Michel Maire, ce n'est pas le cas de Gilles Verdez. Le chroniqueur aux avis très tranchés n'a pas mâché ses mots sur ce gênant spectacle : " Moi je l'aime bien, mais là c'est inacceptable. Inacceptable ! C'est se foutre de la gueule des gens, des auditeurs, de ses employeurs. Moi je suis pour qu'il ne revienne plus sur France Inter." De quoi agacer ses camarades de TPMP qui ont alors pointé du doigt son intransigeance.

Par Sarah Errimi

Réagissez à l'actu people