TV

TPMP : Gilles Verdez recadre sèchement Jean-Michel Maire en direct (Vidéo)

   / 5  
TPMP : Gilles Verdez recadre sèchement Jean-Michel Maire
1
TPMP : Gilles Verdez recadre sèchement Jean-Michel Maire
TPMP : Gilles Verdez recadre sèchement Jean-Michel Maire
2
TPMP : Gilles Verdez recadre sèchement Jean-Michel Maire
TPMP : Gilles Verdez recadre sèchement Jean-Michel Maire
3
TPMP : Gilles Verdez recadre sèchement Jean-Michel Maire
TPMP : Gilles Verdez recadre sèchement Jean-Michel Maire
4
TPMP : Gilles Verdez recadre sèchement Jean-Michel Maire
TPMP : Gilles Verdez recadre sèchement Jean-Michel Maire
5
TPMP : Gilles Verdez recadre sèchement Jean-Michel Maire

Ce mardi 24 mai, deux chroniqueurs ont haussé le ton dans Touche pas à mon poste. Alors que Jean-Michel Maire donne son avis sur la fameuse télé-réalité à laquelle Zelko à participer en Serbie, Gilles Verdez a violemment recadré en direct son collègue. Non Stop Zapping vous en dit plus.

Alors qu’il se faisait très discret depuis quelques années, Zelko a refait parler de lui pour une affaire surréaliste. Alors qu’il participait à une télé-réalité en Serbie, le jeune homme a vécu un véritable enfer et a décidé de s’évader du Loft dans lequel il était prisonnier après y avoir passé 6 mois : "Je me suis mangé 30 coups en tout. Je suis parti voir la production, je leur ai dit : ‘ça ne peut pas continuer comme ça, vous sanctionner personne’". Alors que les chroniqueurs de TPMP ont évoqué le sujet, Jean-Michel Maire a donné son avis : "La seule erreur qu’on commet c’est qu’on regarde ça avec notre œil de Français et avec notre référence culturelle. Et eux, ils ne sont pas du tout choqués. En Yougoslavie, ils ne sont pas du tout choqués par ce genre d’images".

Gilles Verdez hausse le ton dans TPMP

Alors que les autres chroniqueurs ont également donné leur avis sur cette télé-réalité, Gilles Verdez a ensuite pris la parole et n’a pas hésité à tacler violemment Jean-Michel Maire : "C’est ahurissant ce que vous dites Jean-Michel, d’abord la Yougoslavie ça n’existe plus mon cher déjà, première chose, c’est la Serbie maintenant, ça c’était il y a 25 ans la Yougoslavie". Remis à sa place, Jean-Michel Maire conclut : "Merci maitre". 

Réagissez à l'actu people