TV

TPMP : Gilles Verdez et Matthieu Delormeau s'écharpent sur le consentement sexuel après l'affaire du tweet de Fun Radio

TPMP : Gilles Verdez et Matthieu Delormeau s'écharpent sur le consentement sexuel après l'affaire du tweet de Fun Radio

Sur le plateau de Touche pas à mon poste jeudi 25 octobre, les chroniqueurs ont donné leur avis sur la polémique du tweet posté par Fun Radio. Un débat qui a largement divisé. Retrouvez la séquence sur Non Stop Zapping

Jeudi 25 octobre sur le plateau de Touche pas à mon poste, les chroniqueurs du talk-show sont revenus sur la polémique créée par l'émission de radio "Lovin'fun" sur Fun Radio. L'équipe de l'émission avait posté un tweet le 23 octobre, avec la question suivante : "Charlotte ne supporte pas que son mec lui fasse l'amour quand elle dort. Vous trouvez ça normal?" Sur le plateau de l'émission, Cyril Hanouna a demandé l'avis de ses chroniqueurs. Gilles Verdez a expliqué être choqué par le tweet. " Pour moi, la polémique existe. Ces gens-là sont des criminels. Ils ne doivent plus faire de radio. C’est l’apologie du viol conjugal, c’est 20 ans de prison et ça a mis très longtemps à être reconnu. On ne peut pas faire ça". Une position que ses camarades n'avaient pas l'air de partager.  

Les chroniqueurs divisés

Matthieu Delormeau a ainsi déclaré :" Il y'a des gens qui sont vraiment violés, on sait ce que c'est que le viol. 99% des gens ont compris le sens de la question : "c'est réveiller sa copine qui est en train de dormir et qui n'a pas envie de faire l'amour pour lui proposer de faire l'amour.""  Gilles Verdez quant à lui est resté ferme sur ses positions :"L'absence de consentement dans un couple ou pas dans un couple, c'est un viol. Arrêtez, ne dîtes pas n'importe quoi. Il y a des gens qui sont victimes de ça ! Vous me faites un procès d'intention ". La secrétaire d'Etat à l'égalité entre les hommes et les femmes, Marlène Schiappa partage l'avis de Gilles Verdez. Elle s'est exprimée dans tweet en expliquant que le message posté par la station "décrivait un viol". 

Par Julia San Martin

Réagissez à l'actu people