TV

TPMP : Cyril Hanouna recadre Thaïs d'Escufon, porte-parole de Génération Identitaire (vidéo)

TPMP : Cyril Hanouna recadre Thaïs d'Escufon, porte-parole de Génération Identitaire (vidéo)

Ce lundi 15 février, Cyril Hanouna a convié sur le plateau de "Touche pas à mon poste", Thaïs d'Escufon, porte-parole de Génération Identitaire. Les tensions étaient électriques et l'animateur phare de C8 a recadré son invitée.

Après sa venue très controversée dans l'émission "Balance ton post", le jeudi 21 janvier dernier, Thaïs d’Escufon, porte-parole de Génération Identitaire, était cette fois-ci invitée sur le plateau de "Touche pas à mon poste". Ce lundi 15 février, les tensions sont montées d'un cran lors de la dernière partie de l'émission phare de C8. La jeune femme âgée de 21 ans est revenue sur la décision de Gérald Darmanin, ministre de l'Intérieur, de dissoudre Génération Identitaire et a été interpellée par Yassine Belattar. "Il faut juste redescendre, il y a des lois et il y a une justice. Vous êtes là pour quelque chose. Dites-le moi dans les yeux, ce que vous fantasmez, ce n'est pas de sortir avec un arabe ou un noir mais vous fantasmez sur l'idée d'une guerre civile." Si l'humoriste n'a pas été tendre envers Thaïs d'Escufon, Cyril Hanouna a également recadré la jeune femme en direct de "Touche pas à mon poste". 

"vous jouez sur les mots"

Alors que Maud Bregeon, porte-parole LREM, a remémoré les condamnations du mouvement, la jeune femme a rétorqué : "Oui, mais ce n'était pas pour incitation à la haine raciale". À la suite de ces propos, Cyril Hanouna est intervenu et a recadré son invitée : "Ça, ce n'est pas possible Thaïs. Là, vous jouez sur les mots. Vous voyez que vous êtes hors la loi." La porte-parole de Génération Identitaire s'est défendue : "J'entends ce que vous dîtes, mais nous n'avons pas été condamnés. La justice a tranché, nous avons été relaxés pour notre opération dans les Alpes...." La défense de la jeune femme n'a cependant pas fait l'unanimité sur le plateau de "Touche pas à mon poste".

Par Solène Sab

Réagissez à l'actu people