TV

Tinder note ses utilisateurs : Découvrez comment les célibataires sont classés (vidéo)

Tinder note ses utilisateurs : Découvrez comment les célibataires sont classés (vidéo)

Ce lundi 13 mai dans "Je t'aime etc", Daphné Bürki a invité une journaliste sur son plateau, pour évoquer les dessous de l'application de rencontre Tinder. Une séquence à retrouver sur Non Stop Zapping.

Judith Duportail a publié fin mars dernier le livre "L'amour sous algorithme", dans lequel elle dévoile les secrets de l'application de rencontre Tinder. Ce lundi 13 mai, la journaliste était invitée sur le plateau de l'émission "Je t'aime etc" diffusée sur France 2. Auprès de Daphné Bürki, la jeune femme a expliqué comment fonctionnait cette application pour célibataires, qui l'avait rendue accro. Lancée il y a 7 ans par un Américain, Tinder est un véritable succès, puisqu'elle réalise près de 800 millions d'euros de chiffres d'affaires en étant disponible dans 190 pays. En s'inscrivant sur Tinder, Judith Duportail a notamment eu l'occasion de gagner en confiance en elle, en constatant le succès qu'elle avait auprès de la gent masculine. Malheureusement pour elle, peu à peu, l'excitation s'est dissipée et a laissé place au questionnement. Cette dernière a donc enquêté pour comprendre comment l'application permet les "matchs" amoureux. Un jour, dans un magazine américain, elle découvre que Tinder note les utilisateurs sur plusieurs critères, mais pas seulement physiques.

Une grille d'évaluation pour chaque usager Tinder

"On a tous une note secrète de désirabilité pour nous faire matcher avec des gens qui sont considérés [comme étant, NDLR] du même niveau que nous", explique-t-elle sur le plateau de l'émission. Choquée, elle décide de pousser la recherche. "Si vous matchez avec un super beau gosse, vous gagnez pleins de points et si vous vous faites jetée par quelqu'un de moins bien gâté par la nature, vous perdez autant de points", développe celle qui est parvenue à découvrir le fameux brevet de la société, dans lequel est stipulé que cette dernière "se réserve la possibilité d'évaluer le QI" de ses usagers en lisant leurs échanges afin de les décortiquer et d'analyser les "mots compliqués employés avec plusieurs syllabes". "On est épiés, disséqués… Ils savent tout de nous. On découvre que les entreprises utilisent en fait ces données pour créer des interactions entre les individus", ajoute pour sa part la présentatrice du programme, avant d'aborder ces évaluations qui sont différentes pour les femmes et pour les hommes. Une conclusion qui laisse penser que le sexisme a définitivement encore sa place sur ce type d'applications, pour trouver l'amour de toute une vie ou d'une nuit.

Par Nina Siahpoush

Réagissez à l'actu people