TV

Thierry Beccaro : Son témoignage glaçant sur la fois où son père a voulu tuer sa mère (vidéo)

Thierry Beccaro : Son témoignage glaçant sur la fois où son père a voulu tuer sa mère (vidéo)

Ce mercredi 18 novembre, France 2 a diffusé un documentaire "Bouche Cousue" sur les violences infantiles, produit par Mélissa Theuriau. Dans ce film, Thierry Beccaro se livre à coeur ouvert sur les drames qu'il a vécus dans sa jeunesse et sur la fois où il a surpris son père menacer sa mère avec un fusil.

Ce mercredi 18 novembre, Thierry Beccaro s'est livré à coeur ouvert sur son enfance dans un documentaire intitulé "Bouche cousue", diffusé sur France 2 à 22h30 et produit par Mélissa Theuriau. L'animateur a vécu une enfance traumatisante. Enfant battu, il a également été témoin des violences conjugales, de son père envers sa mère. Âgé à présent de 64 ans, Thierry Beccaro s'est engagé dans cette cause qui lui tient particulièrement à coeur. En mars dernier, sur le plateau de "Ça ne sortira pas d'ici", l'animateur de "Motus" avait fait des confidences glaçantes sur sa jeunesse et avait révélé  "Mon père est aussi un homme formidable... Mais son parcours, ses démons à lui, sa jalousie, son entourage le soir (...). Il rentrait à la maison et je savais pas quand, jamais. Le moindre prétexte, c'était la raclée. C'était quelque chose d'inimaginable. Un enfant n'a pas la structure psychologique pour comprendre ce qui se passe quand on le fracasse. Moi je disais toujours qu'est ce que je pouvais faire de mieux que de ne pas faire de mal."

"je vois mon père avec un fusil"

Quelques heures avant la diffusion de ce documentaire traumatisant, Anne-Élisabeth Lemoine a diffusé un extrait de ce documentaire dans "C à vous". Particulièrement poignant, Thierry Beccaro se remémore la fois où son père a pointé une arme sur sa mère dans le but de la tuer. C'est lui qui est intervenu pour la sauver. Dans cette courte vidéo, l'animateur de 64 ans explique : "J'ai ouvert la porte et je vois mon père avec un fusil. J'ai juste le temps de dire : 'Papa qu'est ce que tu fais?'. Il va se reprendre, reposer le fusil. Je n'ai pas pleuré, j'ai été désossé, désincarné". Une scène qui continue à le hanter au quotidien.

Par Solène Sab

Réagissez à l'actu people