TV

Théo violé par un policier : Sa sœur en colère détaille l’agression dans LNE (Vidéo)

Théo violé par un policier : Sa sœur en colère détaille l’agression dans LNE (Vidéo)

Jeudi dernier à Aulnay-sous-Bois, Théo, 22 ans, a subi une violente interpellation de la part de quatre policiers dont l’un d’eux a été mis en examen pour viol. Ce mardi midi dans "La Nouvelle Edition", la sœur de Théo a détaillé l’agression de son frère et demande que justice soit faîte. Une séquence à retrouver sur Non Stop Zapping.

Après avoir subi une violente interpellation, Théo, 22 ans, a livré un témoignage choc sur les circonstances de son arrestation. Pour rappel, sur les quatre policiers, un a été mis en examen pour viol et les trois autres pour violences volontaires.  "Je savais que là où on était il n'y avait pas de caméras, j'ai réussi à me débattre, je suis parti devant les caméras. J'ai pas cherché à fuir", a expliqué Théo au 20h de "France 2". "Un policier me regarde, j'étais de dos, mais j'étais en trois quarts, donc je voyais ce qu'il faisait derrière moi. Il prend sa matraque et il me l'a enfoncée dans les fesses, volontairement. Dès qu'il m'a fait ça, je suis tombé sur le ventre, et ils m’ont dit ‘assieds-toi maintenant’, je leur ai dit ‘j’arrive pas à m’asseoir je sens plus mes fesses’ et ils m’ont mis du gaz lacrymogène dans la tête, dans la bouche, la matraque en pleine tête."

"Il a été violé très clairement"

Du côté de la famille de Théo, la colère et l’incompréhension prédominent. "On est tous dans la colère, mais c’est une colère maîtrisée, contenue. Je peux vous dire que c’est une situation révoltante. L’acte qui a été commis est un acte de barbarie. Maintenant, que justice soit faite. C’est à dire des sanctions exemplaires", a ainsi confié son grand-frère sur "LCI". Et ce mardi midi, c’est la sœur de Théo dans "La Nouvelle Edition" qui a tenu à s’exprimer sur l’agression de son frère. "Il a été tabassé, il a été violé très clairement. Il a été emmené dans un coin où il n’y avait pas de caméra (…) Ils l’ont ensuite emmené dans la voiture et ça a continué. Ils ont essayé de lui toucher ses parties intimes, ils lui ont craché dessus, il a reçu des coups de poings, ils l’ont insulté avec des injures racistes…" Et de conclure : "On ne peut pas entendre aujourd’hui que cet acte n’était pas volontaire. L’état dans l’état où se trouve mon frère aujourd’hui est déplorable."

Par Nicolas Cardinale

Réagissez à l'actu people