TV

Sylvie Tellier revient sur l'éviction d'Anaëlle Guimbi pour des photos dénudées (vidéo)

Sylvie Tellier revient sur l'éviction d'Anaëlle Guimbi pour des photos dénudées (vidéo)

Sur le plateau de Je t'aime, etc ce vendredi 4 décembre, Sylvie Tellier est revenue sur l'éviction Anaëlle Guimbi de l'élection de Miss Guadeloupe à cause de photos dénudées mais dans le cadre de la lutte contre le cancer du sein. Une séquence à découvrir sur Non Stop Zapping.

L'éviction de la candidate Anaëlle Guimbi à l'élection de Miss Guadeloupe a suscité la polémique. A cause de clichés dénudés contraires au règlement du concours Miss France, la jeune femme a dû renoncer à poursuivre l'aventure. Seulement, ces photos artistiques ont été réalisées dans le cadre de la lutte contre le cancer du sein. Anaëlle Guimbi a alors reçu une vague de soutien face à cette décision. Alors que l'élection de Miss France 2021 doit se dérouler le 19 décembre au Puy-du-Fou, Sylvie Tellier est revenue dans Je t'aime etc ce vendredi 4 décembre sur cette affaire qu'elle a tenté d'expliquer. "Ça m'a énormément touché parce que depuis cinq ans, on a une association qui s'appelle Les Bonnes Fées avec seize Miss France et on finance des centres, des maisons, des ateliers socio-esthétiques dans des centres de cancérologie, on est très très proches...", a-t-elle d'abord regretté avant d'évoquer le déroulement des élections régionales. 

"Ma déléguée n'a pas eu connaissance de l'existence de la photo"

La présidente du comité Miss France a rappelé que les candidates "remplissent un règlement où on leur demande si elles ont participé à des photos sans lingerie, nues ou à caractère érotique ou pornographique" et "renouvelle plusieurs fois l'absence de photos". Alors que la déléguée en Guadeloupe a ensuite reçu les photos d'Anaëlle Guimbi "en ignorant le contexte", Sylvie Tellier a déploré que cela "ouvre toujours la porte à la délation". "Cette jeune femme a fait cette photo, l'a posté sur les réseaux sociaux avec un hashtag, c'était son initiative. Donc comme il n'y avait pas de campagne nationale, ma déléguée n'a pas eu connaissance de cette campagne ! Encore une fois, je protège, je défends ma déléguée, et Dieu sait que ce sont des bénévoles et ils ne font pas des sans-fautes. Mais on a eu une année exceptionnelle, on tape sur des gens qui font des choses et moi, je tiens à la défendre parce que ma déléguée n'a pas eu connaissance de l'existence de la photo et surtout, du contexte", a-t-elle expliqué.

 

 

 

Par Marie Merlet

Réagissez à l'actu people