TV

SLT : Laurence Boccolini insultée et agressée quand elle était au Maillon Faible sur TF1 (vidéo)

SLT : Laurence Boccolini insultée et agressée quand elle était au Maillon Faible sur TF1 (vidéo)

Laurence Boccolini s'est confiée sur ses débuts difficiles dans l'émission "Salut les terriens", le samedi 11 février. Dans son entretien, l'animatrice star de TF1 a expliqué avec émotion les réactions violentes dont elle a dû faire face pendant plusieurs années à cause du "Maillon Faible". Une vidéo que nous vous proposons de découvrir sur le site Non Stop Zapping.

La vie n'a pas toujours été rose pour Laurence Boccolini. Et même si elle est aujourd'hui une animatrice incontestable de la télévision française, il lui a fallu plusieurs années avant de faire véritablement ses preuves sur TF1. Avant de présenter "Money Drop", "le Blind Test", "Les Cerveaux", la présentatrice a longtemps travaillé dans le jeu : "Le Maillon Faible" entre 2001 et 2007. Dans le jeu, Laurence Boccolini devait alors entrer dans la peau d'une personne froide et même insensible aux candidats et aux performances des joueurs. Face à cette attitude, l'animatrice a été victime d'insultes et de violences. C'est ce qu'elle a indiqué dans l'émission de Thierry Ardisson dans "Salut les Terriens !" sur C8 le samedi 11 février.

Laurence Boccolini : "les gens m'insultaient"

Aujourd'hui maman de Willow âgée de trois ans, Laurence Boccolini brille par ses prestations sur TF1. Et dans l'entretien avec Thierry Ardisson, elle a décidé de se confier : "on m'insultait dans la rue, on me frappait. C'était une bonne période !", lance-t-elle avec émotion. L'affaire ne s'arrête pas là. Elle a aussi reçu des agressions physiques "particulières", mais aussi matérielles : "on me cassait mon portail, mes fenêtres". Elle conclut son propos poignant en déclarant : "j'ai eu des agressions physiques assez particulières. (...) TF1 n'avait pas du tout prévu la réaction des gens qui prenaient au premier degré mon rôle. On me cassait mon portail, mes fenêtres... Moi je continuais à faire mes courses normalement, mais les gens s'approchaient de moi et m'insultaient."

Par Maxime Carignano

Réagissez à l'actu people