TV

SLT : Henda Ayari, ancienne salafiste, raconte son parcours à Thierry Ardisson (vidéo)

SLT : Henda Ayari, ancienne salafiste, raconte son parcours à Thierry Ardisson (vidéo)

Henda Ayari, 39 ans, est venu sur le plateau de SLT pour raconter comment elle est entrée dans la secte salafiste et surtout, comment elle en est sortie et les leçons qu'elle en tire. Une séquence à revoir sur Non Stop Zapping.

Henda Ayari a fait une entrée très symbolique sur le plateau de SLT hier soir. D'abord vêtue d'un niqab, elle laisse Thierry Ardisson l'introduire. "Vous êtes une ancienne membre de la secte salafiste française dans laquelle vous êtes entrée à 20 ans. Aujourd'hui, à 39 ans, vous vous décrivez comme une musulmane libre." A ces mots, Henda n'a d'abord pas répondu. Elle a retiré son niqab, laissant découvrir une femme charmante, habillée en chemise et blazer. "Bonsoir !" lui dit alors Thierry Ardisson. Elle lui répondit avec un grand sourire : "Bonsoir !" Laurant Baffie a commenté en la voyant : "Ca aurait été dommage de nous priver d'une si jolie femme." Henda Ayari a été par la suite priée de raconter son histoire. Elle a alors tout dit, sans tabou, comme dans son livre "J'ai choisi d'être libre." Elle explique que née de parents maghrébins, elle ne pratiquait pas la religion chez elle. La mort de sa cousine fut un élément déclencheur. A 20 ans, en quête de pureté, elle décide de porter le voile. Elle voyait les hommes comme des pervers et pensait s'en protéger ainsi. Elle était dans une fac de psychologie. Un jour, elle rencontre une femme portant le niqab, qui lui retourne la tête. La société serait le diable, et elle ne devrait plus aller en cours, elle devrait juste se marier et s'occuper de ses enfants. Le lendemain, elle reçoit un coup de fil : la femme de la veille a joué les entremetteuses, et lui a envoyé un mari.

Après son mariage, tout va très vite

Elle épouse donc Bachir, et déménage à Roanne avec lui. Là-bas, elle vit alors un cauchemar : elle ne peut plus travailler, plus porter les vêtements qu'elle veut même chez elle, et enceinte, elle se fait battre. Il la répudie en la croyant un jour au téléphone avec un homme. Elle explique qu'elle ne peut plus revenir dans le cercle social, elle ne peut pas travailler, il lui fallait donc un autre mari. Ne trouvant pas, elle simule un suicide pour que le sien revienne. Il est horrible avec elle, et un jour où elle revient avec un ensemble rose et un foulard, il l'étrangle avec ce dernier. Bachir a des projets de partir en Arabie Saoudite avec elle et leurs trois enfants. Le jour où il se rend en Arabie Saoudite, elle prend la fuite avec sa progéniture et part s'installer dans une autre ville. Elle s'y fera arrêter par la police, et découvre que son mari était fiché S. La jeune femme décide d'arrêter de porter le niqab et de travailler. Le retour est dur : quand elle sort prendre un verre avec ses amies, elle a d'abord l'impression que le diable l'observe. Puis elle explique que tous les gens qui l'ont été sont des catholiques, des juifs, des homosexuels, tous ces gens qu'on lui avait dit de haïr. Elle explique avoir pris conscience qu'en croyant devenir quelqu'un de bien et pur grâce au salafisme, elle est enfait devenu tout ce qu'elle ne voulait pas être, c'est à dire quelqu'un d'intolérant, fermé d'esprit, raciste. Elle en conclut que l'amour et la générosité peuvent être un homme, n'ont pas de religion, ni de nationnalité. Thierry l'a remercié pour son histoire. "Merci pour elles", a t-il déclaré, espérant que d'autres femmes dans sa situation aient regardé l'émission. 

Par Mandi Heshmati

Réagissez à l'actu people