TV

Sept à Huit : En Thaïlande, tout est permis à la Full Moon Party (vidéo)

Sept à Huit : En Thaïlande, tout est permis à la Full Moon Party (vidéo)

La Full Moon Party est la fête la plus délirante de Thaïlande et peut-être du monde. De nombreux Français s'y rendent chaque année pour laisser libre court à leurs envies. Sept à Huit diffusait dimanche un reportage sur cette fête de tous les vices, à retrouver sur Non Stop Zapping.

La Thaïlande est le pays de tous les possibles et une des destinations privilégiées des jeunes Français qui partent chaque année y faire la fête. La Full Moon Party, sur l'île de Koh Phangan dans le sud du pays, est devenue l'une des fêtes les plus connues au monde. La "fête de la lune" attire chaque année des dizaines de milliers de jeunes amateurs de musique électronique, de plages ensablées et d'alcool pas cher. Sept à Huit y consacrait un reportage ce dimanche, en se consacrant notamment sur les jeunes Français qui s'y amusent. Jusqu'à 30 000 personnes toutes recouvertes de peinture fluo (et toutes imbibées d'alcool) peuvent s'y retrouver à chaque pleine lune, pour y faire la fête jusqu'au bout de la nuit.

Les "buckets" envoient des jeunes à l'hôpital

Le côté "no limit" de la Full Moon Party entraîne évidemment de graves incidents chaque année : trafic de drogue, vols, comas éthyliques, bagarres et même viols. Koh Phangan est l'île de tous les vices. Les reporters de Sept à Huit ont d'ailleurs pu assister au rapatriement d'urgence d'un jeune Canadien dans une ambulance. Le jeune homme de 26 ans, imbibé d'alcool, a été retrouvé sous l'eau par ses amis. Les journalistes de TF1 apprendront le lendemain que le jeune homme est décédé à l'hôpital. La Full Moon Party est en effet connue pour ses "buckets", ses seaux d'alcool à très bas prix. Sauf que ceux-ci font parfois l'objet de manipulations des vendeurs, qui remplacent le contenu de la bouteille par de l'alcool frelaté, moins cher mais très dangereux pour la santé. Et qui ne fait pas terminer dans le même état que Guillaume Canet.

Par Timothée Le Puil

Réagissez à l'actu people