TV

Roselyne Bachelot : ce choix difficile qu'elle a fait et qu'elle assume pleinement (Vidéo)

Roselyne Bachelot : ce choix difficile qu'elle a fait et qu'elle assume pleinement (Vidéo)

Roselyne Bachelot était invitée dans l'émission "Passage des arts" sur France 5 ce mardi 6 octobre. Elle a fait une révélation sur son retour en politique. Une séquence à revoir sur Non Stop Zapping.

Roselyne Bachelot est actuellement isolée chez elle. En effet, lundi matin, on apprenait qu'elle était cas contact et devait donc observer une semaine d'isolement, comme c'est la règle. Jean Castex est passé par-là début septembre après avoir été en contact avec le patron du Tour de France Christian Prudhomme. Roselyne Bachelot elle, a dîné vendredi dernier avec une personne testée positive au Covid-19. Malgré cette mise à l'écart temporaire, la ministre de la Culture fait parler d'elle car elle était l'invitée de Claire Chazal ce mardi 6 octobre dans l'émission "Passage des arts". Au tout début de l'interview, l'actuelle ministre de la Culture a expliqué que revenir en politique avait été pour elle une décision très difficile à prendre.

Être ministre de la Culture, "une obligation" pour Roselyne Bachelot

En effet, Roselyne Bachelot avait auparavant déjà été ministre sous la présidence de Nicolas Sarkozy. Elle avait alors en charge le ministère de la Santé. Puis, elle s'est éloignée de la politique et son bagoût a fait merveille à la télévision. On l'a ainsi  beaucoup vue dans "C à Vous" sur France 5. Avant son arrivée dans le gouvernement de Jean Castex, elle a aussi tourné plusieurs épisodes des "Reines  du shopping". Alors dire oui à un retour en politique n'a pas été facile. "'En huit ans, les choses avaient tellement changé et la situation était tellement difficile. (...) D'une certaine façon, c'est un challenge extraordinaire. J'étais passée de la vie difficile à la vie facile et là je suis repassée de la vie facile à la vie difficile", confie-t-elle à Claire Chazal. Mais elle a fini par céder. "Quand Jean Castex m'a proposé le poste, c'était un peu en contradiction avec ce que j'avais dit sauf que j'avais quand même dit que si on me proposait le ministère de la culture, je serais tentée", avoue Roselyne qui estime que plus qu'une tentation, c'était une "obligation" pour elle d'y aller.

Par Mélanie C.

Réagissez à l'actu people