TV

Quotidien : Les témoignages chocs sur la rixe mortelle aux Lilas (vidéo)

Quotidien : Les témoignages chocs sur la rixe mortelle aux Lilas (vidéo)

Mardi 16 octobre, les journalistes de Quotidien ont recueilli les témoignages chocs de deux jeunes filles. Selon elles, la rixe entre bandes ennemies, survenue samedi 13 octobre aux Lilas, n'est que le "début des vraies problèmes". Une séquence à retrouver sur Non Stop Zapping.

C'est le fait divers qui agite l'opinion publique et fait froid dans le dos. Dimanche 13 octobre, un adolescent de 13 ans originaire de Bagnolet, en Seine-Saint-Denis, est décédé, au lendemain d'un violent affrontement entre bandes rivales dans une petite rue des Lilas. D'après les premières conclusions de l'autopsie, dévoilées par le parquet de Bobigny mardi 16 octobre, le jeune homme serait décédé des suites d'un œdème pulmonaire massif, "ayant provoqué un arrêt cardiaque". Selon le parquet de Bobigny, il aurait d'abord été victime d'un malaise après une première altercation, avant d'être pris en charge à bord d'un scooter et d'en tomber, une chute causée par un second malaise. C'est là qu'il "aurait alors été victime de violences aggravées".

"C'est le début des vraies histoires"

L'affaire a très vite fait la Une des journaux et le tour des réseaux sociaux, indignant l'opinion publique et relançant les débats autour du problème des violences entre bandes rivales en banlieue parisienne. Un phénomène qui, hélas, ne date pas d'hier. Mardi 16 octobre, dans Quotidien, Salhia Brakhlia a recueilli les témoignages chocs de deux jeunes filles, qui dressent un constat alarmant : "À la base, il y a des histoires depuis très longtemps, et en vrai on ne sait même pas pourquoi en fait." Pire encore, selon l'une d'elles, ces rivalités se transmettraient de "génération en génération". Un héritage violent qui ne serait pas près de prendre fin : "Jusqu'ici c'était des histoires de gamins de cités (…) Mais maintenant qu'il y a eu un mort, c'est le début des vraies histoires." Des propos qui glacent le sang et qui ne rassurent en rien sur le suite des événements…

Par Sarah Errimi

Réagissez à l'actu people