TV

Quotidien : Les journalistes d'I-Télé en grève témoignent de leur lutte contre Jean-Marc Morandini (Vidéo)

Quotidien : Les journalistes d'I-Télé en grève témoignent de leur lutte contre Jean-Marc Morandini (Vidéo)

Depuis plusieurs semaines, les journalistes d’I-Télé sont en grève suite à l’arrivée de Jean-Marc Morandini sur la chaîne. Devant les caméras de Quotidien, les grévistes ont accepté de raconter leur lutte. Une séquence que nous vous proposons de découvrir sur notre site Non Stop Zapping.

Le 17 octobre dernier, Jean-Marc Morandini a fait son arrivée sur I-Télé malgré la colère des journalistes de la chaîne. Et alors que l’animateur doit faire face à une vague d’indignation, Gilles Verdez a décidé de prendre la défense de Jean-Marc Moranidni dans TPMP : "Je sais que les faits reprochés à Morandini sont graves, mais pour moi, la présomption d’innocence est valable à tout le monde. Si on ne l’applique pas à Jean-Marc Morandini, on ne l’applique pas à tous les politiques qui mis en examen, continuent à se présenter à la présidentielle ou de mener carrière. J’ai vu beaucoup de gens brisés par des affaires parce qu’on foulait aux pieds la présomption d’innocence et quelques années après, ils étaient hors de cause, blanchis et ne s’en remettait pas". 

"On est traumatisés"

Et depuis trois semaines, les journalistes de la chaîne ont décidé de faire grève pour protester contre Jean-Marc Morandini. Visiblement fatigués, ils ont décidé de témoigner dans l’émission de Yann Barthès pour évoquer leur quotidien et leur combat : "C’est assez particulier parce qu'en fait, tous les matins on fait le point entre nous, un débat qui est assez extraordinaire, ça fait trois semaines il n’y a pas eu un mot plus haut que l’autre, on a beaucoup de tolérance, on fait attention à chaque parole. Il y a beaucoup de douleur, il y a des pleurs parfois, il y a aussi des moments de joie, des moments d’espoir. On est assez traumatisés, dans quelques jours on va malheureusement célébrer les attentats du 13 novembre et il y a un an on était tous à dormir sur le canapé 24h sur 24 pour gérer ça (…)  et aujourd’hui on se retrouve à lutter contre une charte éthique".       

Par Alexia Felix

Réagissez à l'actu people