TV

Quotidien : L’embarras de Nicolas Domenach, "invité personnel" de Manuel Valls à Abidjan (vidéo)

Quotidien : L’embarras de Nicolas Domenach, "invité personnel" de Manuel Valls à Abidjan (vidéo)

Les équipes de Quotidien se sont intéressées lundi soir aux invités personnels de Manuel Valls lors son déplacement à Abidjan le week-end dernier. Parmi eux, l’éditorialiste politique Nicolas Domenach, officiant notamment dans La Nouvelle Edition. Interrogé sur le sujet, celui-ci s’est montré plutôt embarrassé. Une séquence que nous vous proposons de retrouver sur notre site Non Stop Zapping.

Comme Non Stop Zapping vous le racontait lundi soir, Quotidien s’est concentré lundi soir sur les invités personnels de Manuel Valls lors de son déplacement de quelques jours en Afrique de l’ouest le week-end dernier. Parmi eux, quelques personnalités bien connues, invitées aux frais du contribuable comme Laurence Katché, la femme de Manu Katché, ou encore, et c’est peut-être là encore plus dérangeant, l’éditorialiste politique Nicolas Domenach. Interrogé sur sa présence à Abidjan par l’équipe de Quotidien présente pour couvrir le déplacement du Premier ministre, le chroniqueur de La Nouvelle Edition n’a pas franchement su convaincre.

"Je ne suis pas payé, je paye de ma personne"

D’abord totalement réticent à l’idée de répondre aux questions, "Je ne vous répondrai pas. Je n’ai pas envie", Nicolas Domenach a fini par tenter de se justifier. Sans grand succès : "C’est une technique de journalisme de combat rapproché. C’est 40 ans d’expérience, de boulot" a-t-il assuré avant de tenter de définir lui-même l’éthique : "Vous pensez que si au bout de 40 ans de boulot je réussis à être proche du Premier ministre à un moment essentiel dans la vie politique, vous pensez ce que vous sous-entendez, qu’il y a une connivence, voire une corruption". Pas dégonflé, le journaliste répond : "On peut se dire que si vous êtes pris en charge par les sous de l’Etat, vous avez moins d’indépendance que si c’est vous qui payez…". Mais non, toujours pas : "C’est ce que j’appelle avoir des idées préconçues. L’art du journalisme c’est d’entrer en contact, en résonnance, en sympathie et de prendre des distances ensuite". Et conclusion : "Je ne suis pas payé, je paye de ma personne". Ben voyons…

Par Benjamin S.

Réagissez à l'actu people