TV

Pornocratie : Il filme sa femme qui se dénude devant des inconnus sur internet (Vidéo)

Pornocratie : Il filme sa femme qui se dénude devant des inconnus sur internet (Vidéo)

Mercredi 18 janvier, "Canal +" diffusait un reportage choc sur l’industrie du X. Intitulé "Pornocratie", ce documentaire, qui a été réalisé par l’ancienne actrice porno Ovidie, a pour but de révéler les nouvelles méthodes des géants du X. Et dans une séquence, Ovidie va à la rencontre de Franck qui filme sa femme "Dirty Tina" qui se dénude devant des inconnus sur internet. Des images à retrouver sur notre site Non Stop Zapping.

Si chaque année, plus de 100 milliards de vidéos pornographiques sont regardées dans le monde, peu de gens connaissent véritablement les rouages de l’industrie du X. Et dans le reportage "Pornocratie", diffusé mercredi 18 janvier sur "Canal +", l’ancienne actrice porno Ovidie a justement voulu livrer les secrets de ce monde très opaque. "En dix ans, les sites de streaming gratuits YouPorn et Porn-Hub, construits sur le modèle de YouTube, ont étendu leur monopole sur 95 % de la consommation mondiale de vidéos sexuelles. Nous sommes passés d'une constellation de petits producteurs - pas tous recommandables, mais qui respectaient à peu près le cadre légal - à un système de multinationales", a-t-elle ainsi expliqué à "ELLE".

L’ubérisation du X

Ovidie a ensuite confié que le phénomène d’ubérisation touchait également l’industrie du X. "Ce qu’on voit aujourd’hui dans le milieu du X avec ces grandes entreprises informatiques qui dirigent tout, qui n’ont aucun lien avec le travailleur en bout de chaîne, ça a quand même trait à l’ubérisation du travail, à un ultra libéralisme. On a aujourd’hui des grandes plateformes informatiques qui dirigent à peu près tout et qui font la loi en termes de travail." Dans une séquence de "Pornocratie", Ovidie va d’ailleurs à la rencontre de Franck qui filme sa femme "Dirty Tina" qui se dénude devant des inconnus sur internet. Et le couple, qui a tourné 500 vidéos, explique que les sites sur lesquels ils mettent leurs images en ont le contrôle. 

Par Nicolas Cardinale

Réagissez à l'actu people