TV

ONPC : Vanessa Burggraf en pleurs lors de ses débuts avec Catherine Ceylac (Vidéo)

   / 5  
Vanessa Burggraf dans Vivement la télé :
1
Vanessa Burggraf dans Vivement la télé : "Catherine Ceylac m'a fait pleurer"
Vanessa Burggraf dans
2
Vanessa Burggraf dans "Vivement la télé"
Vanessa Burggraf et Yann Moix
3
Vanessa Burggraf et Yann Moix
Vanessa Burggraf dans
4
Vanessa Burggraf dans "ONPC"
Vanessa Burggraf face à Jean-Luc Mélenchon
5
Vanessa Burggraf face à Jean-Luc Mélenchon

Dimanche, sur le plateau de la nouvelle émission de Michel Drucker, "Vivement la télé", la nouvelle chroniqueuse d'"On n’est pas couché", Vanessa Burggraf, est revenue sur ses débuts difficiles dans le journalisme. A l’époque, la protégée de Laurent Ruquier travaillait avec Catherine Ceylac. Et cette dernière a mené la vie dure à Vanessa Burggraf. Une séquence à retrouver sur notre site Non Stop Zapping.

Depuis la rentrée, Vanessa Burggraf a pris la place de Léa Salamé en tant que chroniqueuse dans l’émission de Laurent Ruquier "On n’est pas couché". Et la journaliste n’a pas mis longtemps à faire le buzz. En effet, lors de sa première apparition, elle a violemment attaqué Nathalie Kosciusko-Morizet comme "Non Stop Zapping" vous le rapportait. Cela lui a d’ailleurs valu beaucoup de critiques. "Je n’ai pas eu le temps de me pencher sur ce que l’on a dit. J’ai vu quelques Tweets que j’ai trouvés affligeants, mais je suis déjà dans l’émission d’après. Nous n’avons que six jours pour nous préparer. Si je commence à me demander ce que pense Mme Michu, il vaut mieux que j’arrête tout de suite, ce qui n’est pas dans mes projets", a réagi Vanessa Burggraf dans "Paris Match".

"J'ai pleuré tellement c'était dur"

Mais avant de s’asseoir dans les fauteuils d’"On n’est pas couché", Vanessa Burggraf a débuté en bas de l’échelle comme stagiaire. L’ancienne journaliste de "France 24" a travaillé sous les ordres de Catherine Ceylac. Vanessa Burggraf s’est confiée sur cette période dans la nouvelle émission de Michel Drucker, "Vivement la télé" et face à son ancienne patronne. "On ne dirait pas comme ça quand on la voit, elle paraît très sympathique mais c'était une patronne très dure", a-t-elle lancé avant d’ajouter : "J'ai pleuré tellement c'était dur. Elle me faisait refaire mes reportages, elle m'expliquait que c'était pas la bonne image, la bonne phrase d'accroche, la bonne chute". Et de conclure : "C'était des années où j'ai beaucoup bossé, mais c'était une très bonne école".

Par Nicolas D

Réagissez à l'actu people