TV

ONPC : Sophie Tapie est mal à l'aise quand il faut donner des nouvelles de son père Bernard Tapie (Vidéo)

ONPC : Sophie Tapie est mal à l'aise quand il faut donner des nouvelles de son père Bernard Tapie (Vidéo)

Sophie Tapie était l'invité d'ONPC ce samedi 30 mai. La fille de Bernard Tapie est revenue sur un sujet qui la met terriblement mal à l'aise : la maladie de son père. Une séquence à revoir sur Non Stop Zapping.

Depuis 2017, Bernard Tapie lutte contre un cancer. La santé de l'ex-président de l'OM a fait l'objet de nombreux articles de presse. On sait qu'il a arrêté ses médicaments puis subi un traitement expérimental en Belgique. "J'expérimente. Il y a trois stades, là je suis dans le deuxième et lorsque le troisième réunira des résultats suffisants, le produit devient sur le marché", avait déclaré l'homme d'affaires à BFMTV lors d'une interview confession avec Bruce Toussaint. De temps en temps, Bernard Tapie lui-même prend la parole pour parler de son combat. Une chose qu'est incapable de faire sa fille Sophie, comme elle l'a expliquée samedi 30 mai sur le plateau d' "On n'est pas couché".

Pour Sophie Tapie, "psychologiquement, c'est très dur"

La chanteuse était invitée de l'émission de France 2 dans le cadre de la promo de son nouveau single "Malaisant". Evidemment, le sujet de son nom et de son illustre père est vite revenu sur le tapis. "On vous en parle à chaque fois évidemment", commence Laurent Ruquier. L'animateur évoque son nom de famille rendu célèbre par son père et que la jeune femme a souhaité garder. Malgré les difficultés, elle n'a jamais voulu en changer par peur de décevoir son père. Au fil de la conversation, Laurent Ruquier tente alors de prendre des nouvelles de l'homme d'affaires. Mais ça coince. Sophie Tapie n'est pas du tout à l'aise avec le sujet. "Même pour moi c'est compliqué d'en parler parce que je me suis toujours attachée à un nom de famille, j'ai grandi avec. Je suis fière de le porter", explique la chanteuse. "Mais là, en ce moment ce qui me gêne, c'est que c'est un rapport à la maladie en permanence. C'est déjà hyper dur psychologiquement d'avoir un proche qui est malade et j'entends la bienveillance des gens qui me demandent 'comment il va votre papa', mais psychologiquement, c'est très dur", a avoué la jeune femme. "Tous les quarts d'heure on vous ramène au drame qui est : avoir un proche qui est malade", a-t-elle conclu.

Par Mélanie C.

Réagissez à l'actu people