TV

ONPC : Philippe Katerine avoue le meurtre d’un hérisson (vidéo)

   / 5  
ONPC : Philippe Katerine avoue le meurtre d’un hérisson
1
ONPC : Philippe Katerine avoue le meurtre d’un hérisson
Philippe Katerine dans On n'est pas couché
2
Philippe Katerine dans On n'est pas couché
Michèle Laroque, Pierre Palmade et Muriel Robin
3
Michèle Laroque, Pierre Palmade et Muriel Robin
Laurent Ruquier face à Philippe Katerine samedi soir
4
Laurent Ruquier face à Philippe Katerine samedi soir
Philippe Katerine
5
Philippe Katerine

Philippe Katerine était samedi soir l’invité de Laurent Ruquier dans On n’est pas couché. Venu présenter son dernier album, Le film, le chanteur s’est surtout laissé aller à quelques surprenantes confidences concernant notamment le meurtre d’un hérisson sauvage. Une séquence que nous vous proposons de retrouver sur notre site Non Stop Zapping.

Décidément c’était la soirée des révélations étonnantes sur France 2 samedi soir. Comme Non Stop Zapping vous le racontait ce dimanche matin, il y a d’abord eu la surprenante confession de Muriel Robin. Invitée de Laurent Ruquier dans On n’est pas couché, l’humoriste a raconté l’histoire plutôt gênante de sa rencontre avec Jacques Chirac : "J’ai pris un bide énorme avec le genre de blague qui n’est pas du tout moi. J’arrive sur un bateau pour l’anniversaire de Jacques Chirac et Patrick Sébastien est là. Et je lui avais raconté cette blague qui traînait. Je dis bonjour et Patrick Sébastien me lance ‘Raconte ta blague’. Je commence mais la blague est gênante devant quelqu’un que tu vois pour la première fois et en plus quand c’est le président. Je dis : ‘Quelle est la différence entre une pastille de menthe et un trou du…?’. Là le président me dit ‘Alors ?’ et je dis ‘le goût’. Et là il me fait ‘comment ?’".

"J'ai vu le hérisson et j'ai braqué"

Mais les téléspectateurs n’étaient pas au bout de leurs surprises. Quelques minutes plus tard, c’est Philippe Katerine qui a pris place dans le fauteuil des invités. Et le chanteur lui aussi y est allé de sa révélation choc : "J’étais en colère quand mon père est mort, j’étais furax. Il paraît que c’est assez fréquent…L’envie de tuer, de supprimer quelqu’un à la place. J’avais mes poings dans mon blouson et je suivais des gens et je me suis dit ‘Il faut arrêter Philippe parce que tu vas finir à Fleury’. Et puis j’ai pris une voiture, j’ai vu le hérisson et j’ai braqué…". La conclusion fût elle signée Pierre Palmade : "Cet aveu est d'un courage ... !"

Réagissez à l'actu people