TV

ONPC : Edwy Plenel livre un poignant discours sur la cause des migrants (Vidéo)

ONPC : Edwy Plenel livre un poignant discours sur la cause des migrants (Vidéo)

Comme tous les samedis soirs, Laurent Ruquier donne rendez-vous à ses fidèles téléspectateurs avec son talk-show On N’est Pas Couché. Pour ce nouveau numéro, l’animateur de France 2 recevait de nombreux invités, dont le journaliste Edwy Plenel. Très touché par la destruction de la Jungle de Calais, ce dernier a livré un poignant discours sur la cause des migrants. Non Stop Zapping vous propose de revivre cette séquence.

Tous les samedis soirs, Laurent Ruquier donne rendez-vous à ses fidèles téléspectateurs, avec son dorénavant mythique talk-show On N’est Pas Couché. Accompagné de Léa Salamé, et Yann Moix, ses deux chroniqueurs, Laurent Ruquier récapitule les titres qui ont fait l’actualité en compagnie de ses invités.

"Ca crève le cœur"

Et ce samedi 5 mars, Laurent Ruquier recevait La Fouine, Baptiste Lecaplain, Lucien Jean-Baptiste, Isabelle Saporta, Julien Bayou et le journaliste Edwy Plenel. Alors que l’animateur d’On n’est pas Couché abordait le sujet sensible des migrants, Yann Moix pourtant toujours très sec dans ses propos, a livré un discours touchant à l’encontre de ces hommes et ces femmes en situation de détresse. Et si ce discours était déjà très touchant, c’est le journaliste Edwy Plenel qui a poursuivi en déclarant à son tour, être totalement consterné par la destruction de la Jungle de Calais qui a eu lieu cette semaine.

Et c’est avec une importante émotion dans la voix, qu’Edwy Plenel a ensuite livré un poignant discours sur la cause des migrants, qu’il déclare être littéralement honteuse. « On dit aux Anglais aujourd’hui dans le débat sur l’Europe : Si vous quittez l’Europe on va les lâcher sur vous. Comme si c’était des hordes, comme si ce n’était pas des humains. C’est une honte ! Notre pays n’est plus le pays des droits de l’Homme, il n’est que le pays de la déclaration des droits de l’Homme. C’est honteux. Ils ont détruit cette semaine avec des bulldozers, des lieux de vie, des lieux qui servaient d’école, qui servaient de lieux de rencontre. Car ces personnes vivent, ces personnes ont une histoire, ont une vie. Et nous sommes pour beaucoup, issus d’histoires de migrants comme ça. Ca crève le cœur. »

Par Nataly Salmeron

Réagissez à l'actu people