TV

ONPC : Arthur dément avoir eu recours à une évasion fiscale (Vidéo)

ONPC : Arthur dément avoir eu recours à une évasion fiscale (Vidéo)

Interrogé par Vanessa Burggraf et Yann Moix, Arthur est revenu sur les accusations d’évasion fiscale qui le touche depuis un an. Selon l’animateur, sa décision de quitter la France pour la Belgique, où il n’y a pas d’impôts sur la fortune, n’a rien à voir avec une évasion fiscale. Non Stop Zapping vous montre les images.

Le conflit entre Arthur et Patrick Cohen se règlera devant la justice. En février 2016, le journaliste de France Inter Patrick Cohen avait publiquement accusé Arthur d’avoir eu recours à une évasion fiscale en quittant la France pour la Belgique. Au cours de son édito sur France Inter, Patrick Cohen avait évoqué "une histoire d’évasion fiscale", celle présumée de l’animateur. Le journaliste en voulait pour preuve la belle plus-value d’Arthur (8 millions d’euros) sur la vente de la société Coyote. "Et ces 8 millions de plus-values, ça fait combien dans les caisses de l’État ? Bah ça fait zéro, puisque Arthur a logé sa holding au Luxembourg. Et ça fait zéro payé par Arthur puisque les plus-values de ce genre n’y sont pas imposées du tout", avait ironisé Patrick Cohen. L’attaque, virulente, avait provoqué une réaction rapide de l’animateur qui a assigné en justice le journaliste, qui est à présent mis en examen en attendant d’être jugé.

"C’était une décision pas facile"

Un an plus tard, Arthur est revenu sur ces accusations d’évasion fiscale sur le plateau d’On n’est pas couché samedi 22 avril. Interrogé par Vanessa Burggraf, l’animateur dément formellement avoir eu recours à un procédé illégal. "Je peux comprendre qu’on puisse le penser, mais je ne suis pas du tout parti pour des raisons fiscales (...) Vous imaginez bien que les services fiscaux sont venus vérifier tout ça. J’ai quitté la France, j’y suis revenu, ça fait un an et demi que je suis rentré en France, pour des raisons très personnelles, que très peu de personnes connaissent – elles se comptent sur les doigts de la main – comme des centaines de milliers de Français, je suis parti vivre à l’étranger (…) C’était une décision pas facile, mais c’était important pour moi de le faire et le fait que je sois revenu prouve bien qu’il n’y avait rien de fiscal là-dedans", a-t-il posément expliqué. Circulez, y’a rien à voir.

Par Alicia Dubreuil

Réagissez à l'actu people