TV

Nolwenn Leroy pousse un coup de gueule et s'en prend aux politiques (vidéo)

Nolwenn Leroy pousse un coup de gueule et s'en prend aux politiques (vidéo)

Sept à Huit consacrait un portrait à Nolwenn Leroy sur TF1 le dimanche 15 janvier. La chanteuse est revenue sur son parcours parfois semé d'embûches, et sur sa rencontre bouleversante avec l'abbé Pierre. Une vidéo que nous vous proposons de découvrir sur le site Non Stop Zapping.

Dans l'émission de Sept à Huit sur TF1 le dimanche 15 janvier, un reportage était consacré à Nolwenn Leroy. Dans son entretien, la chanteuse racontait ses envies, ses recommandations, mais aussi sa bouleversante rencontre avec l'abbé Pierre qui l'a amenée à s'engager aux côtés des mal-logés.

Dans ce portrait, la bretonne revient sur ses débuts dans la chanson, son enfance et ses "galères", notamment avec la Star Academy : "quand on sort de la fac de droit et du conservatoire et qu'on est propulsé dans un environnement étrange, ce n'est pas naturel, il y a de la violence là-dedans". Nolwenn Leroy explique sa vie familiale qui aurait pu complètement basculer lorsqu'elle était plus jeune : "si ma grand-mère n'avait pas été là on aurait pu se retrouver en situation de mal-logement. J'étais caissière le week-end et à la boulangerie l'été".

Nolwenn Leroy pousse "son coup de gueule"

"Ce n'est pas facile" surtout dans le métier de chanteuse estime Nolwenn Leroy, et c'est encore plus dur d'aborder des sujets comme le mal-logement. "Parfois je m'en veux" se confie-t-elle. "J'aimerais pouvoir prendre la parole mais c'est juste difficile parce que lorsqu'on me voit arriver, on ne s'attend pas forcément à ça." Le journaliste lui rétorque : "chante et tais-toi ?". La chanteuse acquiesce expliquant que son image est parfois loin de la réalité.

La chanteuse déplore le manque d'engagement de la part des célébrités, estimant qu'il y a un manque de "coup de gueule" comme "à l'époque". Nolwenn Leroy a alors décidé de faire "son coup de gueule" contre les politiciens, et particulièrement contre les politiciens des primaires : "Ma colère, c'est d'avoir suivi de très près les primaires, de ne pas entendu un seul moment parler du mal-logement. C'est quand même dingue de se dire qu'il y a encore des gens qui sont dans la rue en hiver. C'est un enjeu majeur de la campagne présidentielle. Il faut que le mal-logement devienne une grande cause nationale en France. Je ne vois pas les choses autrement".

Par Maxime Carignano

Réagissez à l'actu people