TV

Nicolas Dupont-Aignan dénonce le "totalitarisme" de Yann Barthès (vidéo)

Nicolas Dupont-Aignan dénonce le "totalitarisme" de Yann Barthès (vidéo)

Invité de l’émission ".Pol" réalisée en partenariat par le Huffington Post, le JDD, le Lab d’Europe 1 et L’internaute, Nicolas Dupont-Aignan s’en est pris à Yann Barthès. Coupable selon lui de ternir son image sans jamais lui donner l’occasion de répondre, le candidat déclaré à la présidentielle de 2017 a dénoncé le "totalitarisme" de l’animateur. Une séquence que nous vous proposons de retrouver sur notre site Non Stop Zapping.

Invité de ".Pol", l’émission politique réalisée en partenariat par le Huffington Post, le JDD, le Lab d’Europe 1 et L’internaute, Nicolas Dupont-Aignan a dû répondre à une question pas forcément évidente pour un candidat déclaré à l’élection présidentielle de 2017 : "Est-ce que vous préférez être moqué tous les soirs dans l’émission Quotidien de Yann Barthès ou qu’on ne parle jamais de vous ?". Régulièrement moqué, comme beaucoup d’autres, par l’ancien animateur du Petit Journal, le président de Debout la France a d’abord assuré que les moqueries ne le dérangeait pas : "Vous savez c’est notre boulot. Ca fait plaisir à certains de se moquer des hommes politiques mais à la fin il faut élire quelqu’un de droit, de sincère et qui défend la France".

"C'est une sorte de nouveau totalitarisme"

Mais Nicolas Dupont-Aignan en a aussi profité pour faire passer un petit message à Yann Barthès : "La seule chose que je reproche à Barthès, c’est que je n’accepte pas qu’il se moque de mois sans jamais m’inviter. Parce que ça veut dire qu’il présente une image de moi détournée sans jamais que les téléspectateurs puissent me connaître. Je trouve ça profondément injuste et en fait totalitaire. C’est une sorte de nouveau totalitarisme. Vous vous moquez de quelqu’un, vous le détruisez médiatiquement mais vous ne l’invitez jamais pour que les téléspectateurs puissent le connaître". Yann Barthès le totalitaire devrait répondre dans Quotidien jeudi soir.

Par Benjamin S.

Réagissez à l'actu people