TV

Morandini Live : Francis Lalanne appelle à renverser Emmanuel Macron, il s'explique (vidéo)

Morandini Live : Francis Lalanne appelle à renverser Emmanuel Macron, il s'explique (vidéo)

Après la publication d'une tribune de vingt pages où Francis Lalanne appelle à renverser Emmanuel Macron et le gouvernement, le chanteur s'est rendu sur le plateau de "Morandini Live" et a expliqué ce qu'il reprochait au président de la République.

Ce mardi 26 janvier, Jean-Marc Morandini a présenté un nouveau numéro de "Morandini Live", émission diffusée en simultané sur CNews et Non Stop People. Le présentateur a consacré les dernières minutes de son programme à Francis Lalanne. Dans une tribune baptisée "J'appelle" et publiée sur le site France Soir, ce vendredi 22 janvier, Francis Lalanne s'est attaqué au président de la République. Dans ce texte de vingt pages, il appelle à "la mobilisation générale du peuple français" pour renverser Emmanuel Macron et son gouvernement. "Donc par voie de conséquence, de mettre fin à l’exercice du mandat de l’actuel président de la République. Une fois les auteurs du coup d’État mis à pied, j’appelle l’Armée Française à les faire comparaître devant un tribunal constitué en Haute Cour, pour qu’ils aient à répondre du chef de haute trahison", a-t-il également déclaré dans son texte. Des propos qui ont suscité l'indignation des Français. Il risque pour cela une peine de cinq ans d'emprisonnement et 75 000 euros d'amende.

"Il dit n'importe quoi"

Jean-Marc Morandini a décidé de laisser la parole à Francis Lalanne pour comprendre ce que le chanteur reprochait à Emmanuel Macron : "Je lui reproche en ce moment de s'accaparer tous les pouvoirs. Il dit n'importe quoi... C'est pas tellement ce qu'il dit le problème, mais c'est ce qu'il fait. Il est en train de confondre tous les pouvoirs. Il est en train de mettre tous les pouvoirs de la République entre les mains du gouvernement. Ça, c'est interdit par la constitution". Pour lui, l'état d'urgence ne "peut pas être au dessus du bloc de constitutionnalité".

Face à Jean-Marc Morandini, le chanteur a expliqué ce qu'il aurait fait à la place du président : "La première chose que j'aurais faite, c'est de saisir le conseil de sécurité, pour essayer de réguler les mesures à prendre pour protéger les populations et surtout éviter la dérive liberticide que nous connaissons tous, pas seulement en France. J'estime que depuis le début, le gouvernement ment aux Français (...) et que ces mensonges répétés ont mis en danger la santé des Français et des Françaises. Je l'ai dit dans ma tribune pendant vingt pages". La colère du chanteur ne s'est pas apaisée. 

Par Solène Sab

Réagissez à l'actu people