TV

Mohamed Merah : Un homonyme du terroriste vit un enfer depuis sa mort (Vidéo)

Mohamed Merah : Un homonyme du terroriste vit un enfer depuis sa mort (Vidéo)

Dans son magazine "66 minutes", les équipes de "M6" sont allées à la rencontre d’un jeune homme qui a un nom très lourd à porter. En effet, il se prénomme Mohamed Merah, comme le terroriste qui a semé la terreur à Toulouse en 2012. Et aujourd’hui, cet homonyme de Mohamed Merah vit un véritable enfer dans son quotidien. Une vidéo à retrouver sur notre site Non Stop Zapping.

En mars 2012, Mohamed Merah plongeait la France dans l’horreur. En effet, celui qui était surnommait le tueur au scooter a exécuté le 11 mars 2012 à Toulouse le militaire Imad Ibn-Ziaten. Puis, le 15 mars, Mohamed Merah tue deux militaires parachutistes de Montauban, Abel Chennouf et Mohamed Legouad. Le 19 mars, le terroriste conclut son raid sanglant à l’école juive Ozar-Hatorah, à Toulouse, où il assassine Jonathan Sandler, ses fils Arié et Gabriel, cinq et trois ans, et la petite Myriam Monsonego, 8 ans. En France, l’incompréhension est totale face à ces actes ignobles. Identifié par les forces de l’ordre, Mohamed tiendra le siège de son appartement plus de 30 heures avant d’être finalement tué par les équipes du RAID.

Un nom très lourd à porter

Derrière lui, Mohamed Merah aura laissé des familles détruites et, comble de l’horreur, une vidéo de 25 minutes montrant toutes les atrocités commises. Dernièrement, son nom a refait la Une des médias quand une famille de la région de Nice a voulu appeler son fils Mohamed Merah, homonyme du tueur de Toulouse. Et pourtant, porter le nom du terroriste est un fardeau. En effet, dimanche dans "66 minutes", les équipes de "M6" sont allées à la rencontre d’un homonyme de Mohamed Merah. Ce dernier vit un enfer dans son quotidien. Dans le reportage, ce jeune homme raconte même qu’il a été arrêté pour "association de malfaiteurs dans le but de commettre une attaque terroriste". Des images à retrouver dans la vidéo ci-dessus. 

Par Nicolas Cardinale

Réagissez à l'actu people