TV

Meeting de Fillon : Des journalistes de Quotidien et du Petit Journal violemment agressés (Vidéo)

Meeting de Fillon : Des journalistes de Quotidien et du Petit Journal violemment agressés (Vidéo)

Hugo Clément, journaliste de Quotidien et Louis Morin, journaliste du Petit Journal, ont été victime de violentes agressions lors du rassemblement de François Fillon dimanche 9 avril. Non Stop Zapping vous propose de visionner ces images ahurissantes.

Les journalistes ne sont pas les bienvenus partout. Et si certains élus politiques ne cachent pas leur agacement face à eux, leurs services de sécurité, en revanche, se donnent le droit d’exprimer leur ressentiment par de la violence. Deux journalistes, Hugo Clément qui travaille pour l’émission Quotidien sur TMC et Louis Morin, journaliste du Petit Journal sur Canal +, ont été malmenés par des agents de sécurité du rassemblement de François Fillon dimanche 9 avril. Louis Morin a partagé les images de son agression sur Twitter, en expliquant qu’après avoir été "agressée par un membre de la sécurité au meeting de François Fillon", l’équipe s’est retrouvée avec une caméra et un téléphone cassés.

Violence gratuite

Le jeune homme a détaillé la bousculade au site Le Lab : "On avait obtenu l'accord du service de communication de François Fillon au préalable, explique-t-il. On devait juste filmer sa sortie de scène sans lui poser de question. On avait le droit, en revanche, de s'adresser à ses soutiens. C'est à ce moment qu'on s'est fait dégager manu militari. On a tenté d'expliquer au membre de la sécurité que tout était prévu. Mais il n'a rien voulu entendre. Il nous a emmenés dehors, il nous a mis un gros coup de pression et il a sérieusement abîmé notre matériel." Après l’incident, l’équipe de Canal + a alors décidé de porter plainte contre l’agresseur. Même son de cloche du côté de Hugo Clément qui a également décidé de recourir à la juste pour violences volontaire. Le journaliste de l’émission de Yann Barthès avait été giflé par un militant filloniste. C’est beau la liberté de la presse.

Par Amel Chettouf

Réagissez à l'actu people