TV

Marlène Schiappa prend la parole sur l’affaire Mila dans "Balance ton post" (vidéo)

Marlène Schiappa prend la parole sur l’affaire Mila dans "Balance ton post" (vidéo)

Invitée de "Balance ton post" jeudi 6 février, Marlène Schiappa n’a pas échappé à une question concernant l'affaire Mila qui fait polémique en ce moment.

Mila est une jeune fille de 16 ans qui a tenu des propos forts envers l’Islam sur Instagram. Ses propos ont été repris et condamnés. Depuis, Mila est déscolarisée car elle ne se sentait plus en sécurité dans son établissement. Elle a reçu des menaces de mort. Sa vie entière a été chamboulée. Lundi 3 février, la jeune fille était reçue dans l’émission "Quotidien". Une sortie médiatique contestée par Cyril Hanouna dans "Touche pas à mon poste" le lendemain. L’animateur estime que pour retrouver une vie normale, Mila "devrait se faire oublier pendant quelques semaines, quelques mois". Jeudi 6 février, Marlène Schiappa était invitée de "Balance ton post" et s’est exprimée sur la polémique Mila.

Marlène Schiappa : "Je défends la laïcité"

Après la polémique des 12 nominations de Roman Polanski aux César, Marlène Schiappa a répondu à la question, "Est-ce que vous êtes Mila ?". A la question, "Est-ce que vous êtes Mila ?", la Secrétaire d’État chargée de l’Égalité entre les hommes et les femmes et  de la Lutte contre les discriminations a répondu que "Mila n’est pas un concept mais une personne". En premier lieu, Marlène Schiappa a fait contacter la famille de Mila pour savoir comment elle allait, si les services de l’Etat étaient bien mobilisés. "J’ai fait contacter la préfecture, j’ai regardé avec  l’Education Nationale si tout était fait pour qu’elle soit rescolarisée (…) si sa plainte était bien prise en compte, si elle était bien protégée. Et quand j’ai été rassurée de tout cela, j’ai eu sa famille qui m’a dit ‘Nous ce qu’on déplore c’est que cette vidéo circule. On voudrait la protéger et que son visage dans cette vidéo ne circule pas".

Quant à la polémique, Marlène Schiappa a un avis bien tranché : "Je défends la laïcité, je défends le droit de critiquer les religions, il n’y a pas de blasphème en France, il n’y a pas de déni de blasphème en France. On peut parfaitement critiquer les religions y compris avec des propos moqueurs et virulents et au-delà de ce débat, je voudrais dire rien rien rien au monde ne justifie qu’on menace de mort ou qu’on harcèle une jeune fille de 16 ans ou un jeune homme ou qui que ce soit".

Par Valentine V.

Réagissez à l'actu people