TV

Marine Le Pen : Mouloud Achour mort de rire après une énorme punchline de son invitée (vidéo)

Marine Le Pen : Mouloud Achour mort de rire après une énorme punchline de son invitée (vidéo)

Mouloud Achour recevait mercredi soir l’écrivaine Fatou Diome dans "Le Gros Journal" de Canal+. Interrogée sur sa peur de Marine Le Pen, celle-ci a sorti une fantastique punchline qui a fait mourir de rire son interlocuteur. Une séquence que nous vous proposons de retrouver sur notre site Non Stop Zapping.

Marine Le Pen et le Front National ont de quoi faire peur. La semaine dernière, un livre dévoilant les coulisses du parti et intitulé "Marine est au courant de tout" est sorti en kiosques. Résultat de plusieurs années d’enquêtes de deux journalistes de MediaPart qui étaient les invités mercredi dernier de Yann Barthès dans "Quotidien" : "Il y a donc l'entourage de Marine Le Pen que l'on voit à la télé dans les matinales les Philippot, Collard, Bay, Alliot et puis il y a une équipe parallèle beaucoup plus chelou constituée d'anciens du GUD, de pro-nazis et qui sont très actifs" décrivait alors l’animateur pour résumer l’oeuvre de ses invités. Des éléments qui ont clairement de quoi inquiéter vu la position très favorable dans laquelle se trouve Marine Le Pen à un mois du premier tour de l’élection présidentielle.

Marine Le Pen clashée par Fatou Diome dans Le Gros Journal

Du coup, lorsqu’il a reçu mercredi soir l’écrivaine Fatou Diome, Mouloud Achour lui a demandé si elle avait peur de Marine Le Pen. Et la réponse de son invitée a fait mourir de rire l’animateur : "Je n’ai pas peur d’elle, c’est elle qui a peur de moi". Hilare pendant plusieurs secondes, Mouloud Achour parviendra finalement à retrouver son calme pour entendre la justification pleine d’amour de son invitée : "Vous savez, le rejet a toujours peur de l’amour. Moi je suis une fille qui est venue en France par amour. Donc rien, aucune haine, aucun rejet ne me fera rejeter la France. Et quand vous dites ça, vous faites peur aux sectaires, vous faîtes peur aux populistes".

Par Benjamin S.

Réagissez à l'actu people