TV

Marine Le Pen avoue avoir perdu la présidentielle à cause de son débat "raté" (vidéo)

Marine Le Pen avoue avoir perdu la présidentielle à cause de son débat "raté" (vidéo)

Invitée sur le journal télévisé du "20H" de "TF1", jeudi 18 mai, Marine Le Pen a reconnu que son débat de l’entre-deux-tours face à Emmanuel Macron avait été "raté". Un débat qui aurait causé sa défaite au second tour selon elle. Une attitude offensive, choisie, qu’elle explique. Plus d’informations sur Non Stop Zapping.

Invitée sur le journal du "20H" de "TF1", Marine Le Pen est revenue sur le débat de l’entre-deux-tours face à Emmanuel Macron, le 3 mai dernier. Un débat que la présidente du Front national a estimé "raté" sur le plateau de "TF1" le jeudi 18 mai. La candidate frontiste était apparue très offensive dès les premières secondes : "Monsieur Macron est le candidat de la mondialisation sauvage, du saccage économique, notamment de nos grands groupes, du dépeçage de la France. (…) L’enfant chéri du système et des élites en réalité a tombé le masque",avait-elle déclaré. L'ex-candidate FN avait ensuite enchaîné des attaques répétitives, d'une extrême agressivité. Après avoir annoncé sa candidature aux élections législatives à Hénin-Beaumont, Marine Le Pen est revenue sur sa défaite.

Marine Le Pen : "Je l’ai fait avec passion (…), peut-être avec trop de passion"

"Vous savez, quand on est candidate, on est responsable", a-t-elle débuté sur le plateau du JT de TF1. La présidente du Front national est revenue sur ses échecs qu’elle reconnait : "Et puis incontestablement, il y a ce débat qui est raté, il faut le dire". Pour Marine Le Pen, c’est une volonté extrême de dénoncer la dangerosité de son adversaire, Emmanuel Macron, exprimé avec "passion" qui a mis un terme à ses chances de rentrer à l’Elysée. Ce débat "je l’ai fait avec fougue, avec passion, peut-être trop de fougue, peut-être trop de passion", a-t-elle concédé. Une passion que la plupart des Français ont pris pour de l’agressivité, voire un manque de maîtrise. Un discours, que la militante FN conclura avec une touche de positivité pour sortir la tête haute : "Peut-être l’histoire me donnera-t-elle raison, somme toute, d’avoir exprimé ces craintes…". Désormais Marine Le Pen a un "nouveau combat à l'Assemblée national, pour contrer et protéger les français de la dérégulation que Monsieur Macron". 

Par Elisa Huet

Réagissez à l'actu people