TV

Magnanville - Le Grand 8 : Laurence Ferrari et les chroniqueuses rendent hommage aux policiers tués (Vidéo)

   / 5  
L'émotion était au rendez-vous sur le plateau du grand 8
1
L'émotion était au rendez-vous sur le plateau du grand 8
Laurence Ferrari a rendu hommage aux policiers tués à Magnanville
2
Laurence Ferrari a rendu hommage aux policiers tués à Magnanville
Le couple de policiers a été abattu à son domicile
3
Le couple de policiers a été abattu à son domicile
Les hommages se multiplient pour ces deux policiers
4
Les hommages se multiplient pour ces deux policiers
Les chroniqueuses ont également évoqué le petit garçon de 3 ans du couple
5
Les chroniqueuses ont également évoqué le petit garçon de 3 ans du couple

La France est toujours sous le choc après l'assassinat du couple de policiers, abattu froidement à son domicile à Magnanville. Sur le plateau du Grand 8 ce mardi 14 juin, Laurence Ferrari et ses chroniqueuses ont tenu à rendre hommage aux deux policiers. Une séquence que nous vous proposons de découvrir sur notre site Non Stop Zapping.

L'émotion est toujours palpable au lendemain de l'horrible meurtre d'un couple de policiers à Magnanville. Lundi soir, un jeune homme de 25 ans se revendiquant de l'Etat Islamique a assassiné un commandant de police de neuf coup de couteau avant de prendre en otage sa femme et son petit garçon de 3 ans. Après l'assaut du Raid, le corps sans vie de la compagne du policier qui était elle-aussi une fonctionnaire du ministère de l'Intérieur a été retrouvé. Le petit garçon a quant à lui été retrouvé sain et sauf. Après une réunion de crise, François Hollande a qualifié cet acte "d'incontestablement terroriste. La France n'est pas le seul pays concerné, nous l'avons vu ces jours derniers aux États-Unis, à Orlando. La France est confrontée à une menace terroriste de très grande importance. Le risque est partout et très élevé. Nous devons agir ensemble".

"L'horreur n'a pas de limite"

Sur le plateau du Grand 8, Laurence Ferrari a tenu à rendre hommage aux victimes : "L'horreur n'a pas de limite. Notre indignation et notre colère non plus". De son côté, Roselyne Bachelot a déploré que le gouvernement utilise ce fait divers pour communiquer : "Évidemment on a un sentiment d'horreur et d'impuissance, on se dit que toutes les forces de police, renseignement, tous les systèmes qu'on peut déployer ne peuvent pas grand-chose devant un garçon déterminé". Elisabeth Bost a notamment une pensée pour le petit garçon qui a assisté à l'exécution de ses parents : "Comment il va grandir ? Comment il va se construire ? C'est une horreur, c'est un cauchemar".

 

Par Alexia Felix

Réagissez à l'actu people